La plus haute juridiction administrative française, le Conseil d'Etat, avait déjà validé jeudi l'interdiction du même spectacle à Nantes (ouest), mettant en avant le "risque de trouble à l'ordre public" et "l'atteinte au respect de la dignité humaine". (Belga)

La plus haute juridiction administrative française, le Conseil d'Etat, avait déjà validé jeudi l'interdiction du même spectacle à Nantes (ouest), mettant en avant le "risque de trouble à l'ordre public" et "l'atteinte au respect de la dignité humaine". (Belga)