"L'action de ce (mardi) matin démontre plus que jamais que cette lutte (contre le radicalisme et le terrorisme) est menée sur tous les fronts, sans répit, mais dont les actions ne peuvent pas toujours être communiquées médiatiquement", réagissent les deux ministres. Elles expliquent que les services suivent la situation de près, gèrent les dossiers dans la discrétion et collaborent étroitement. "L'action coordonnée d'aujourd'hui est en effet le résultat de nombreux mois de préparation intense et de travail en coulisses. Comme nous le rappelions il y a quelques jours, cette matière délicate, pour des raisons évidentes de sécurité et d'efficacité, se gère dans la discrétion". Les 48 perquisitions ont été menées à Bruxelles, à Charleroi, dans le Brabant flamand et en région anversoise. Six personnes, dont l'ancien porte-parole Fouad Belkacem, ont été privées de leur liberté. Fouad Belkacem qui purgeait une peine sous surveillance électronique, a été placé mardi sous mandat d'arrêt. Aucune arme, ni explosif n'a été retrouvé lors des perquisitions. Les policiers ont saisi en revanche des ordinateurs, des GSM ainsi que de l'argent. Au total, 225 policiers ont été mobilisés. (Belga)

"L'action de ce (mardi) matin démontre plus que jamais que cette lutte (contre le radicalisme et le terrorisme) est menée sur tous les fronts, sans répit, mais dont les actions ne peuvent pas toujours être communiquées médiatiquement", réagissent les deux ministres. Elles expliquent que les services suivent la situation de près, gèrent les dossiers dans la discrétion et collaborent étroitement. "L'action coordonnée d'aujourd'hui est en effet le résultat de nombreux mois de préparation intense et de travail en coulisses. Comme nous le rappelions il y a quelques jours, cette matière délicate, pour des raisons évidentes de sécurité et d'efficacité, se gère dans la discrétion". Les 48 perquisitions ont été menées à Bruxelles, à Charleroi, dans le Brabant flamand et en région anversoise. Six personnes, dont l'ancien porte-parole Fouad Belkacem, ont été privées de leur liberté. Fouad Belkacem qui purgeait une peine sous surveillance électronique, a été placé mardi sous mandat d'arrêt. Aucune arme, ni explosif n'a été retrouvé lors des perquisitions. Les policiers ont saisi en revanche des ordinateurs, des GSM ainsi que de l'argent. Au total, 225 policiers ont été mobilisés. (Belga)