Ce cliché d'un parc tanzanien, qui a nécessité une trentaine d'heures, fait partie d'une série d'images du photographe Stephen Wilkes, intitulée "Day to Night", et publiée sous forme de long reportage pour le National Geographic.

Une seule photographie de sa série est composé en moyenne de 1500 images, prise avec un obturateur manuel, durant 16 à 30 heures. Pendant le processus, Stephen Wilkes doit garder son appareil parfaitement immobile, pour que les images puissent ensuite s'assembler, donnant un résultat digne d'une peinture.

Pour la photo du parc, le photographe et son assistant ont pris 2200 photos, et n'en ont conservé que 50. Le résultat montre les éléphants, zèbres et autres animaux sauvages se succédant pour boire tout au long de la journée.

D'autres compositions photographiques de Stephen Wilkes sont disponibles sur son site internet ou sur son compte Instagram.

Ce cliché d'un parc tanzanien, qui a nécessité une trentaine d'heures, fait partie d'une série d'images du photographe Stephen Wilkes, intitulée "Day to Night", et publiée sous forme de long reportage pour le National Geographic.Une seule photographie de sa série est composé en moyenne de 1500 images, prise avec un obturateur manuel, durant 16 à 30 heures. Pendant le processus, Stephen Wilkes doit garder son appareil parfaitement immobile, pour que les images puissent ensuite s'assembler, donnant un résultat digne d'une peinture.Pour la photo du parc, le photographe et son assistant ont pris 2200 photos, et n'en ont conservé que 50. Le résultat montre les éléphants, zèbres et autres animaux sauvages se succédant pour boire tout au long de la journée. D'autres compositions photographiques de Stephen Wilkes sont disponibles sur son site internet ou sur son compte Instagram.