"Parce qu'un syndicat ou d'autres ont décidé d'organiser une grève, parce que la gare d'Anvers-Central sera presque vide, le jour de grève est un moment idéal pour organiser un cache-cache", peut-on lire sur la page Facebook de l'évènement. Le syndicat socialiste CGSP a annoncé jeudi dernier une grève générale le mercredi 22 avril prochain dans tous les services publics du pays. L'organisateur de l'évènement qui rassemble plus de 4.500 participants et/ou sympathisants, se fait connaître sous le nom de "De Zaagpatrouille" ("la patrouille de la scie", en français), est en fait un étudiant de 21 ans limbourgeois d'Anvers qui souhaite garder l'anonymat. Il explique ne pas être certain que de nombreuses personnes se rendront bien au rendez-vous. "L'action se veut être une protestation ludique contre le syndicat. Les actions de grève sont exagérées et n'améliorent pas la situation, au contraire. On a organisé assez de grèves et elles n'ont apporté aucune solution pour arriver à des mesures concrètes", estime le jeune homme. Le gestionnaire de la gare SNCB n'avait pas encore entendu parler de l'initiative. "Si les gens jouent dans les galeries, nous n'y voyons aucune objection. Mais les participants doivent faire très attention aux voies et aux dispositifs de sécurité", a souligné un porte-parole de la SNCB, Bart Crols.

"Parce qu'un syndicat ou d'autres ont décidé d'organiser une grève, parce que la gare d'Anvers-Central sera presque vide, le jour de grève est un moment idéal pour organiser un cache-cache", peut-on lire sur la page Facebook de l'évènement. Le syndicat socialiste CGSP a annoncé jeudi dernier une grève générale le mercredi 22 avril prochain dans tous les services publics du pays. L'organisateur de l'évènement qui rassemble plus de 4.500 participants et/ou sympathisants, se fait connaître sous le nom de "De Zaagpatrouille" ("la patrouille de la scie", en français), est en fait un étudiant de 21 ans limbourgeois d'Anvers qui souhaite garder l'anonymat. Il explique ne pas être certain que de nombreuses personnes se rendront bien au rendez-vous. "L'action se veut être une protestation ludique contre le syndicat. Les actions de grève sont exagérées et n'améliorent pas la situation, au contraire. On a organisé assez de grèves et elles n'ont apporté aucune solution pour arriver à des mesures concrètes", estime le jeune homme. Le gestionnaire de la gare SNCB n'avait pas encore entendu parler de l'initiative. "Si les gens jouent dans les galeries, nous n'y voyons aucune objection. Mais les participants doivent faire très attention aux voies et aux dispositifs de sécurité", a souligné un porte-parole de la SNCB, Bart Crols.