Interrogés sur l'existence de nombres qui portent chance, 40% des sondés européens ont répondu y croire. Cependant, des disparités importantes se manifestent d'un pays à l'autre. Les Lettons, les Tchèques, les Italiens et les Slovaques semblent être les plus superstitieux, puisqu'environ 60% d'entre eux affirment croire que certains nombres portent chance.

A l'opposé, les Finlandais, les Néerlandais, les Français et les Belges semblent moins portés sur ce genre de croyance.

Ces résultats sont tirés d'un sondage Eurobaromètre plus large sur le rapport des citoyens à la science, qui montre notamment que près de 80% des Européens sont intéressés par les découvertes scientifiques et les développements technologiques.

LeVif.be avec Belga