"Le bilan s'élève désormais à 803 morts", dont 790 personnes retrouvées dans les ruines et 13 décès de blessés ayant succombé à l'hôpital, a indiqué un porte-parole de l'armée en charge des secours. Selon un général supervisant les opérations, le bilan risque encore de s'alourdir. Cet immeuble de neuf étages, le Rana Plaza, situé à une trentaine de kilomètres de Dacca, abritait cinq ateliers de confection fournissant notamment les marques Primark et Mango. Lorsqu'il s'est effondré comme un château de cartes au matin du 24 avril, plus de 3.000 ouvriers étaient au travail alors que des fissures avaient été constatées la veille sur le bâtiment. Selon les autorités, 2.437 personnes ont été secourues vivantes. D'après un responsable de l'enquête, des vibrations dues notamment à de gros générateurs sont à l'origine de l'effondrement. Une douzaine de personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête, dont le propriétaire de l'immeuble et les propriétaires des ateliers de confection. Le brigadier général Siddiqul Alam Sikder a indiqué à l'AFP que les grues et les bulldozers déblayaient désormais les gravats correspondant au troisième étage du Rana Plaza et que l'odeur nauséabonde émanant de ce qu'il reste des étages inférieurs suggérait que des corps étaient encore pris au piège. (Belga)

"Le bilan s'élève désormais à 803 morts", dont 790 personnes retrouvées dans les ruines et 13 décès de blessés ayant succombé à l'hôpital, a indiqué un porte-parole de l'armée en charge des secours. Selon un général supervisant les opérations, le bilan risque encore de s'alourdir. Cet immeuble de neuf étages, le Rana Plaza, situé à une trentaine de kilomètres de Dacca, abritait cinq ateliers de confection fournissant notamment les marques Primark et Mango. Lorsqu'il s'est effondré comme un château de cartes au matin du 24 avril, plus de 3.000 ouvriers étaient au travail alors que des fissures avaient été constatées la veille sur le bâtiment. Selon les autorités, 2.437 personnes ont été secourues vivantes. D'après un responsable de l'enquête, des vibrations dues notamment à de gros générateurs sont à l'origine de l'effondrement. Une douzaine de personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête, dont le propriétaire de l'immeuble et les propriétaires des ateliers de confection. Le brigadier général Siddiqul Alam Sikder a indiqué à l'AFP que les grues et les bulldozers déblayaient désormais les gravats correspondant au troisième étage du Rana Plaza et que l'odeur nauséabonde émanant de ce qu'il reste des étages inférieurs suggérait que des corps étaient encore pris au piège. (Belga)