Raté, encore raté, toujours raté. Il se serait bien vu Premier ministre, ou alors bourgmestre de Liège, ou encore commissaire européen, au moins secrétaire général du Conseil de l'Europe. Ces postes se sont refusés à lui. Tout n'est pas encore perdu, Didier Reynders (MR) n'a ni la vocation ni l'étoffe d'un " loser ". Mais quand le sort s'acharne... Comme quoi les mauvais perdants ne sont pas seuls à comparaître devant le tribunal de l'histoire. Passent aussi en jugement de beaux perdants et même des perdants magnifiques. Ces héros malheureux côtoient de parfaits salauds dans la galerie des personnages qui, de leur passage sur Terre, ont laissé au mieux un souvenir injustement oublié ou terni, au pire une sinistre réputation non usurpée.
...