Jusqu'au bout, les bourreaux tiennent à faire leur office. Le 31 août 1944, un transport de prisonniers s'est encore ébranlé de la gare de Schaerbeek, à Bruxelles, pour Buchenwald et son camp de concentration. Le Gruppenführer SS Richard Jungclaus est à la manoeuvre : hors de question, pour le big boss de la Gestapo en Belgique, d'épargner les " cas lourds " parmi celles et ceux qui ont cherché à nuire au Reich hitlérien. Samedi 2 septembre, 3 heures du matin, 1 500 détenus sont extraits de la prison de Saint-Gilles. Chacun est muni de deux colis " Croix-Rouge " et pressent dès lors le sort qui l'attend : " nach Deutschland ", alors que les armées alliées ont déjà franc...

Jusqu'au bout, les bourreaux tiennent à faire leur office. Le 31 août 1944, un transport de prisonniers s'est encore ébranlé de la gare de Schaerbeek, à Bruxelles, pour Buchenwald et son camp de concentration. Le Gruppenführer SS Richard Jungclaus est à la manoeuvre : hors de question, pour le big boss de la Gestapo en Belgique, d'épargner les " cas lourds " parmi celles et ceux qui ont cherché à nuire au Reich hitlérien. Samedi 2 septembre, 3 heures du matin, 1 500 détenus sont extraits de la prison de Saint-Gilles. Chacun est muni de deux colis " Croix-Rouge " et pressent dès lors le sort qui l'attend : " nach Deutschland ", alors que les armées alliées ont déjà franchi la frontière belge et que le message est passé de cellule en cellule. L'espoir de la libération le dispute à la crainte de la déportation parmi ces prisonniers politiques, les derniers à devoir prendre la direction de la gare du Midi où les attendent deux rames de wagons à bestiaux. L'heure du départ est fixée à 8 heures et demie sauf que sur le quai comme dans les ateliers, on se mobilise. Les cheminots se donnent le mot : jouer la montre, user de tous les prétextes pour contrarier la bonne marche du convoi. Une première locomotive est rendue impropre au service, puis c'est une pompe à eau qui défaille, ensuite c'est le machiniste pressenti qui se fait porter pâle avant que son remplaçant ne soit victime d'une entorse en chutant du tender. Cette pluie de " contretemps " a le don d'énerver les Allemands mais ils sont impuissants à contrer l'héroïque combat retardateur qui n'échappe pas aux détenus, discrètement mis au parfum dans leurs wagons surchauffés. 15 heures 30, impossible de retarder davantage le départ. Le trajet promet d'être chaotique : le convoi est d'abord engagé dans un cul-de-sac puis ne sait plus quelle voie emprunter et doit revenir sur ses pas. Il est quasiment 18 heures lorsqu'il quitte à nouveau la capitale. Aux manettes de la loco 1202, le machiniste Louis Verheggen et le chauffeur Léon Pochet, réquisitionnés de force et flanqués de trois SS l'arme au poing, s'attellent à imprimer une allure de tortue au transport dont la progression souffre fort à propos d'une signalisation systématiquement passée au rouge. A ce train-là, il faut dix heures pour parcourir les 40 kilomètres qui séparent Bruxelles-Midi de Malines, où l'eau vient miraculeusement à manquer pour alimenter la loco. Le convoi disparaît alors des radars, le temps d'une nuit passée à la gare de formation de Muizen habituellement infréquentée par les trains de voyageurs. Dimanche 3 septembre au petit matin, les objections à poursuivre la route s'empilent : le train est trop long, les aiguillages vont se bloquer, la voie est coupée. Retour à la case départ avec arrêt du convoi " fantôme " en gare de la Petite-Ile, sur le coup de 10 h 15, après un trajet accompli cette fois en trente minutes à peine... La course contre la montre est gagnée : sous la pression des corps consulaires des puissances neutres de la Croix-Rouge internationale, ordre a été donné dans la nuit par le général Jungclaus de libérer les prisonniers politiques en échange de l'engagement de traiter humainement les soldats allemands hospitalisés à Bruxelles et jugés intransportables. Terminus, tout le monde descend. La voie est libre.