" Congolaises et Congolais,
...

" Congolaises et Congolais,Chers compatriotes,Des circonstances tragiques ont conduit à la disparition inopinée du Président de la République, Chef de l'Etat et Chef du Gouvernement, M'zee Laurent-Désiré Kabila, circonstances qui laissent inachevée l'oeuvre combien exaltante de reconstruction et de consolidation de la Nation congolaise. [...] Visionnaire et précurseur, Homme d'Etat de grande envergure, M'zee Laurent-Désiré Kabila a consacré toute sa vie, dans la constance et sans compromission, à la lutte pour le triomphe des valeurs sacrées que sont : la liberté, la justice, l'égalité des citoyens dans un Congo uni, indépendant et souverain. C'est du reste, pour la sauvegarde de ces valeurs essentielles que le Président, M'zee Laurent-Désiré Kabila, a payé le prix le plus fort, celui du sacrifice suprême, le sacrifice de sa vie, en ce quarantième anniversaire de l'assassinat de Patrice-Emery Lumumba, notre héros national. En tant que Chef de l'Etat, il a tenu à ce que les décisions qui concernent la République démocratique du Congo soient prises par les Congolais, eux-mêmes, pour l'intérêt de la Nation et sans ingérence extérieure. Il a gouverné en comptant essentiellement sur ses ressources aussi bien humaines que naturelles. A cet égard, il convient de relever que le Président de la République, M'zee Laurent-Désiré Kabila, est parmi les rares dirigeants dans l'histoire du monde contemporain à avoir exercé le pouvoir pendant plus de trois ans, sans avoir contracté de dettes extérieures à la charge de l'Etat, ni accumulé de fortune personnelle. Le Chef de l'Etat, Laurent-Désiré Kabila, a toujours demandé au peuple congolais de se prendre en charge lui-même. [...]Congolaises et Congolais,Chers compatriotes,Maintenant que les Institutions de la République me confient la Magistrature Suprême, j'accepte d'assumer cette charge avec responsabilité, fidélité, amour de la patrie, en suivant une politique d'ouverture sur l'Afrique et le monde, et en m'employant à réaliser des changements profonds dans tous les secteurs de la vie nationale. [...] Ensemble, sans exclusion, nous devons nous armer de courage, de détermination et de l'esprit de sacrifice, pour affronter et surmonter les défis de l'heure, défis à la fois nombreux et complexes. Parmi ces défis, je citerai en premier lieu, celui de l'instauration de la paix et la consolidation de la communion nationale, face à une Nation déchirée par plus deux ans de guerre d'agression inacceptable. Ce défi repose essentiellement sur le retrait immédiat et sans conditions des Etats agresseurs, en l'occurrence, le Rwanda, le Burundi et l'Ouganda. C'est ainsi que nous allons oeuvrer pour une politique qui privilégie le dialogue et la réconciliation. [...]En deuxième lieu, il y a le défi de la normalisation de la vie démocratique telle que le Président de la République, M'zee Laurent-Désiré Kabila, l'avait lui-même proposée. Il s'agit de renforcer l'Etat de droit, de consolider la démocratie et la bonne gouvernance, de garantir les droits de l'homme et la justice, afin que toute Congolaise, tout Congolais et tout étranger accueilli sur notre sol, dans le respect de la loi, jouissent de la liberté, de l'égalité, de la dignité, de la protection de sa personne et de ses biens. Je tiens à affir-mer que je consacrerai toutes mes forces à ce que ce beau et grand pays retrouve la paix et l'unité. C'est de cette façon qu'on pourra mieux préparer les échéances futures, notamment l'organisation des élections libres et transparentes sur toute l'étendue de la' République démocratique du Congo. [...]Au plan socio-économique, mon objectif est de mobiliser toutes les forces vives de la Nation dans la production afin d'améliorer, par le travail, les conditions de vie de nos concitoyens et de pourvoir à une éducation et à des soins médicaux qualitatifs et accessibles à tous. En effet, l'économie congolaise est caractérisée par une forte baisse du niveau des affaires Pour relancer cette économie et ainsi créer des richesses et combattre la pauvreté, je compte libéraliser l'activité économique : premièrement, en libéralisant les marchés des biens et services, du diamant et du change ; deuxièmement, en autorisant la libre circulation concomitante des devises étrangères et du franc congolais et, troisièmement, en promulguant un nouveau code minier et celui des investissements. [...]J'ai la ferme résolution de poursuivre l'amélioration des rapports de coopération avec nos principaux partenaires de l'Union européenne. Je m'efforcerai de panser les plaies causées par certaines incompréhensions, car je suis conscient que l'Union européenne a un rôle à jouer dans le développement du Congo. Je pense particulièrement à la France, à qui j'adresse, au nom du Peuple Congolais, toute ma gratitude en raison de ses nombreux engagements au Conseil de Sécurité des Nations unies dans la recherche des solutions pacifiques à la crise qui sévit dans notre pays. J'affirme, ici, ma disponibilité et ma volonté de poursuivre l'amélioration de nos relations bilatérales multisectorielles. Je pense aussi à la Belgique avec laquelle la République démocratique du Congo partage des liens historiques. Je veillerai à développer des relations amicales de compréhension et d'entente pour une coopération plus fructueuse.Congolaises et Congolais,Chers Compatriotes,Notre pays traverse l'une des plus douloureuses crises de son histoire. Mais je crois que tous ensemble nous la surmonterons, car nos ennemis n'ont pas réussi à briser l'essentiel : notre courage, l'amour que nous vouons à notre patrie, à l'Unité de ce grand Congo que Lumumba conduisit à l'indépendance et pour lequel le Président de la République, M'zee Laurent-Désiré Kabila, lutta jusqu'à sa mort tragique. Les hommes peuvent disparaître ou s'effacer, mais cette flamme-là, nous allons tous ensemble la transmettre à nos enfants.Que Dieu bénisse et protège la République démocratique du Congo !Je vous remercie. "