L'équipe internationale de militants, parmi lesquels se trouvait Kumi Naidoo, le directeur général de Greenpeace International, a escaladé la plate-forme vendredi matin. "Nous occupons cette plate-forme pétrolière rouillée, parce qu'au même titre que les 1,4 million de signataires de notre pétition, nous estimons que le pôle Nord doit être protégé", explique l'organisation dans un communiqué. Le géant pétrolier Gazprom veut devenir la première entreprises à produire du pétrole à partir d'une plate-forme offshore au pôle Nord dès l'année prochaine. Greenpeace estime que les risques liés à ce type d'activités sont bien trop importants. Gazprom ne dispose pas de plan d'urgence en cas de fuite. "Des fuites d'hydrocarbures finiront par arriver. Ce n'est qu'une question de temps. Le seul moyen d'éviter une catastrophe pétrolière, c'est d'instaurer une interdiction permanente de l'exploitation pétrolière au pôle Nord, " a déclaré Kumi Naidoo. Greenpeace accuse par ailleurs la société belge DEME et sa filiale Tideway de vouloir "profiter ces prochaines années de la ruée vers l'or noir de l'Arctique". "Toute entreprise ou tout investisseur impliqués dans des activités extractives dans une zone aussi fragile commet un crime contre l'environnement, estime Greenpeace. (VIM)

L'équipe internationale de militants, parmi lesquels se trouvait Kumi Naidoo, le directeur général de Greenpeace International, a escaladé la plate-forme vendredi matin. "Nous occupons cette plate-forme pétrolière rouillée, parce qu'au même titre que les 1,4 million de signataires de notre pétition, nous estimons que le pôle Nord doit être protégé", explique l'organisation dans un communiqué. Le géant pétrolier Gazprom veut devenir la première entreprises à produire du pétrole à partir d'une plate-forme offshore au pôle Nord dès l'année prochaine. Greenpeace estime que les risques liés à ce type d'activités sont bien trop importants. Gazprom ne dispose pas de plan d'urgence en cas de fuite. "Des fuites d'hydrocarbures finiront par arriver. Ce n'est qu'une question de temps. Le seul moyen d'éviter une catastrophe pétrolière, c'est d'instaurer une interdiction permanente de l'exploitation pétrolière au pôle Nord, " a déclaré Kumi Naidoo. Greenpeace accuse par ailleurs la société belge DEME et sa filiale Tideway de vouloir "profiter ces prochaines années de la ruée vers l'or noir de l'Arctique". "Toute entreprise ou tout investisseur impliqués dans des activités extractives dans une zone aussi fragile commet un crime contre l'environnement, estime Greenpeace. (VIM)