Une partie de ces cités peut être visitée la journée pour nettoyer et décontaminer les habitats et leurs pourtours mais elles demeurent inhabitables tant que le niveau de radioactivité n'y a pas été ramené à un seuil jugé acceptable et tant que les infrastructures vitales n'y ont pas été reconstruites. Cette année, le séjour exceptionnel est possible entre le 24 décembre et le 7 janvier (ou entre le 28 décembre et le 5 janvier), moyennant un enregistrement préalable auprès des autorités. Toutefois, il semblerait que cette faveur faite à des personnes qui n'ont plus dormi chez elles depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi survenue il y a 2 ans et 9 mois ne soit pas très courue. Selon les médias, au 19 décembre, seulement 1.701 personnes (556 foyers) avaient déposé une demande de laissez-passer nécessaire. (Belga)

Une partie de ces cités peut être visitée la journée pour nettoyer et décontaminer les habitats et leurs pourtours mais elles demeurent inhabitables tant que le niveau de radioactivité n'y a pas été ramené à un seuil jugé acceptable et tant que les infrastructures vitales n'y ont pas été reconstruites. Cette année, le séjour exceptionnel est possible entre le 24 décembre et le 7 janvier (ou entre le 28 décembre et le 5 janvier), moyennant un enregistrement préalable auprès des autorités. Toutefois, il semblerait que cette faveur faite à des personnes qui n'ont plus dormi chez elles depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi survenue il y a 2 ans et 9 mois ne soit pas très courue. Selon les médias, au 19 décembre, seulement 1.701 personnes (556 foyers) avaient déposé une demande de laissez-passer nécessaire. (Belga)