Arrêté en juin 2011, Redoine Faïd aurait utilisé des explosifs pour faire sauter une partie du sas de la prison de Sequedin près de Lille, avant de prendre quatre surveillants en otage, a déclaré le procureur de Lille Frédéric Fèvre, lors d'un point de presse à proximité de la prison, en fin de matinée. Les otages ont été relâchés. La préfecture avait parlé à l'origine d'un cinquième otage. Redoine Faïd est armé et a toujours des explosifs en sa possession, selon le procureur. Il a pris la fuite à bord d'un premier véhicule, qu'il a abandonné et aurait incendié sur l'autoroute A25 à hauteur de Ronchin, puis est monté dans un second véhicule. Faïd s'était d'abord rendu à un parloir samedi matin lors duquel il a reçu la visite de sa femme, selon Etienne Dobremetz, du syndicat pénitentiaire Ufap-Unsa. Cette dernière lui aurait fourni les explosifs cachés dans de petits mouchoirs, selon cette source. Il y aurait eu cinq explosions lors de l'évasion, qui ont détruit cinq portes de l'établissement, selon cette source. Redoine Faïd, qui avait été arrêté en juin 2011 près de Lille (nord), est soupçonné d'être le maître d'oeuvre d'un projet d'attaque à main armée qui avait coûté la vie à la policière municipale Aurélie Fouquet, 26 ans, en mai 2010 à Villiers-sur-Marne près de Paris lors d'une course-poursuite sur l'autoroute. (Belga)

Arrêté en juin 2011, Redoine Faïd aurait utilisé des explosifs pour faire sauter une partie du sas de la prison de Sequedin près de Lille, avant de prendre quatre surveillants en otage, a déclaré le procureur de Lille Frédéric Fèvre, lors d'un point de presse à proximité de la prison, en fin de matinée. Les otages ont été relâchés. La préfecture avait parlé à l'origine d'un cinquième otage. Redoine Faïd est armé et a toujours des explosifs en sa possession, selon le procureur. Il a pris la fuite à bord d'un premier véhicule, qu'il a abandonné et aurait incendié sur l'autoroute A25 à hauteur de Ronchin, puis est monté dans un second véhicule. Faïd s'était d'abord rendu à un parloir samedi matin lors duquel il a reçu la visite de sa femme, selon Etienne Dobremetz, du syndicat pénitentiaire Ufap-Unsa. Cette dernière lui aurait fourni les explosifs cachés dans de petits mouchoirs, selon cette source. Il y aurait eu cinq explosions lors de l'évasion, qui ont détruit cinq portes de l'établissement, selon cette source. Redoine Faïd, qui avait été arrêté en juin 2011 près de Lille (nord), est soupçonné d'être le maître d'oeuvre d'un projet d'attaque à main armée qui avait coûté la vie à la policière municipale Aurélie Fouquet, 26 ans, en mai 2010 à Villiers-sur-Marne près de Paris lors d'une course-poursuite sur l'autoroute. (Belga)