L'annonce en a été faite jeudi par le président PS de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, Jean-Jacques Urvoas. Le calendrier de ce texte sur le "mariage homo" risque en effet fort d'être bousculé. Initialement prévue pour le 31 octobre, sa présentation en Conseil des ministres par la ministre française de la Justice, Christiane Taubira, pourrait n'intervenir que le 7 novembre. Motif invoqué par Erwann Binet, le rapporteur PS du projet: le Conseil d'Etat, à qui le projet gouvernemental a été remis, est "embouteillé" et ne serait pas en mesure de donner son aval pour le 31 octobre. Les Français sont très partagés. Selon un sondage Ifop publié la semaine dernière dans Le Figaro, ils ne seraient plus que 48% à approuver l'adoption par les couples homos, contre 53% en août. La question du mariage remporte en revanche toujours le soutien des Français, qui sont à 61% pour, même si cette proportion a baissé par rapport à août (65%). Le projet suscite la controverse jusqu'au sein du gouvernement et de la majorité. Pour le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le texte doit se limiter au mariage et à l'adoption pour les couples homosexuels, tandis que le PS, emboîtant le pas à de nombreuses associations gays, souhaite y inclure la possibilité de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples homosexuels. (OSA)

L'annonce en a été faite jeudi par le président PS de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, Jean-Jacques Urvoas. Le calendrier de ce texte sur le "mariage homo" risque en effet fort d'être bousculé. Initialement prévue pour le 31 octobre, sa présentation en Conseil des ministres par la ministre française de la Justice, Christiane Taubira, pourrait n'intervenir que le 7 novembre. Motif invoqué par Erwann Binet, le rapporteur PS du projet: le Conseil d'Etat, à qui le projet gouvernemental a été remis, est "embouteillé" et ne serait pas en mesure de donner son aval pour le 31 octobre. Les Français sont très partagés. Selon un sondage Ifop publié la semaine dernière dans Le Figaro, ils ne seraient plus que 48% à approuver l'adoption par les couples homos, contre 53% en août. La question du mariage remporte en revanche toujours le soutien des Français, qui sont à 61% pour, même si cette proportion a baissé par rapport à août (65%). Le projet suscite la controverse jusqu'au sein du gouvernement et de la majorité. Pour le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le texte doit se limiter au mariage et à l'adoption pour les couples homosexuels, tandis que le PS, emboîtant le pas à de nombreuses associations gays, souhaite y inclure la possibilité de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples homosexuels. (OSA)