Hasan Düzgün, représentant CGSLB chez le fournisseur SML, fait partie des huit personnes qui rencontreront le Roi mardi au nom du personnel de Ford Genk et des fournisseurs de l'entreprise. "Je comprends qu'il puisse manquer de temps pour parler au Roi, c'est pourquoi j'ai préparé une lettre que je lui remettrai si le temps venait à manquer." "La perte de nos emplois est toujours un choc que nous acceptons difficilement", écrit Hasan Düzgün. "Nous avons tous une famille à soutenir, des enfants qui doivent étudier, des hypothèques à rembourser et d'autres dépenses." C'est pourquoi ils demandent au Roi de jouer un rôle de médiateur. "Nous vous prions de placer ce problème à l'agenda du gouvernement actuel, afin de créer de l'emploi pour nous tous. La fermeture est une réalité douloureuse, mais la vie continue. C'est pourquoi nous voudrions prendre un nouveau départ. Si vous pouviez nous aider, des milliers de gens vous en seraient reconnaissants." (Belga)

Hasan Düzgün, représentant CGSLB chez le fournisseur SML, fait partie des huit personnes qui rencontreront le Roi mardi au nom du personnel de Ford Genk et des fournisseurs de l'entreprise. "Je comprends qu'il puisse manquer de temps pour parler au Roi, c'est pourquoi j'ai préparé une lettre que je lui remettrai si le temps venait à manquer." "La perte de nos emplois est toujours un choc que nous acceptons difficilement", écrit Hasan Düzgün. "Nous avons tous une famille à soutenir, des enfants qui doivent étudier, des hypothèques à rembourser et d'autres dépenses." C'est pourquoi ils demandent au Roi de jouer un rôle de médiateur. "Nous vous prions de placer ce problème à l'agenda du gouvernement actuel, afin de créer de l'emploi pour nous tous. La fermeture est une réalité douloureuse, mais la vie continue. C'est pourquoi nous voudrions prendre un nouveau départ. Si vous pouviez nous aider, des milliers de gens vous en seraient reconnaissants." (Belga)