En l'état actuel des choses, le budget flamand de l'année prochaine sur lequel les ministres sont tombés d'accord portera sur 27,4 milliards d'euros, en hausse d'un demi milliard en raison de l'augmentation prévisible des dotations en provenance du fédéral, liée à une prévision d'indice de croissance de l'ordre d'1,1%. Selon les chiffres livrés par M. Muyters, on prévoit une hausse des recettes de 245 millions d'euros via les impôts régionaux, sous le seul effet de l'inflation. Conformément aux accords liés à la réforme de l'Etat, la Flandre se verra privée de 170 millions d'euros en provenance du fédéral, dans le cadre de l'effort demandé aux entités fédérées. Pour maintenir les chiffres en dehors de la zone rouge, et créer un peu de marge de manoeuvre pour de nouvelles initiatives, le gouvernement flamand compte sur une sous-utilisation des dépenses à hauteur de 600 millions. Les économies porteront sur quelque 112 millions d'euros. Elles seront réalisée notamment via un assainissement du budget destiné au personnel, via le fonds provincial et le budget du parlement flamand. La marge de manoeuvre brute dégagée pour de nouvelles politiques est de l'ordre de 300 millions d'euros. Pour éviter une mise à sec du gouvernement flamand qui sera installé après les élections de mai prochain, le ministre Muyters a rédigé une circulaire imposant une limitation des dépenses à 7/12 pour les sept premiers mois de l'année. (Belga)

En l'état actuel des choses, le budget flamand de l'année prochaine sur lequel les ministres sont tombés d'accord portera sur 27,4 milliards d'euros, en hausse d'un demi milliard en raison de l'augmentation prévisible des dotations en provenance du fédéral, liée à une prévision d'indice de croissance de l'ordre d'1,1%. Selon les chiffres livrés par M. Muyters, on prévoit une hausse des recettes de 245 millions d'euros via les impôts régionaux, sous le seul effet de l'inflation. Conformément aux accords liés à la réforme de l'Etat, la Flandre se verra privée de 170 millions d'euros en provenance du fédéral, dans le cadre de l'effort demandé aux entités fédérées. Pour maintenir les chiffres en dehors de la zone rouge, et créer un peu de marge de manoeuvre pour de nouvelles initiatives, le gouvernement flamand compte sur une sous-utilisation des dépenses à hauteur de 600 millions. Les économies porteront sur quelque 112 millions d'euros. Elles seront réalisée notamment via un assainissement du budget destiné au personnel, via le fonds provincial et le budget du parlement flamand. La marge de manoeuvre brute dégagée pour de nouvelles politiques est de l'ordre de 300 millions d'euros. Pour éviter une mise à sec du gouvernement flamand qui sera installé après les élections de mai prochain, le ministre Muyters a rédigé une circulaire imposant une limitation des dépenses à 7/12 pour les sept premiers mois de l'année. (Belga)