"Il est temps qu'on prenne en considération nos demandes et qu'on ne mette pas les responsabilités sur le dos des pompiers si une catastrophe arrive", souligne Marc Gilbert. Le président de la FRCSPB demande notamment la mise en place d'une formation plus pratique pour les pompiers, dont deux tiers sont des volontaires. "La ministre de l'Intérieur a en sa possession un rapport d'audit concernant les centres de formation", explique Marc Gilbert, qui réclame des avancées en la matière. Marc Gilbert rappelle également la nécessité de refinancer les services incendie. Les pompiers réclament depuis longtemps déjà une participation des compagnies d'assurance afin de financer leur réforme. Le commandant souhaite par ailleurs que la Protection civile soit intégrée aux services d'incendie. Cela augmenterait ainsi les moyens humains et matériels et réduirait le temps d'intervention. Lors d'une catastrophe, "les premières minutes sont essentielles et importantes". Ce regroupement permettrait par ailleurs d'améliorer la communication entre les différents acteurs sur le terrain. "La communication n'est pas simple en temps de crise. Nous ne recevons pas toujours les renseignements exacts qu'il nous faut", indique-t-il encore. "On doit nous donner plus de moyens pour intervenir de manière plus adéquate. Il faut agir avant et pas quand la catastrophe a lieu", conclut-il. (Belga)

"Il est temps qu'on prenne en considération nos demandes et qu'on ne mette pas les responsabilités sur le dos des pompiers si une catastrophe arrive", souligne Marc Gilbert. Le président de la FRCSPB demande notamment la mise en place d'une formation plus pratique pour les pompiers, dont deux tiers sont des volontaires. "La ministre de l'Intérieur a en sa possession un rapport d'audit concernant les centres de formation", explique Marc Gilbert, qui réclame des avancées en la matière. Marc Gilbert rappelle également la nécessité de refinancer les services incendie. Les pompiers réclament depuis longtemps déjà une participation des compagnies d'assurance afin de financer leur réforme. Le commandant souhaite par ailleurs que la Protection civile soit intégrée aux services d'incendie. Cela augmenterait ainsi les moyens humains et matériels et réduirait le temps d'intervention. Lors d'une catastrophe, "les premières minutes sont essentielles et importantes". Ce regroupement permettrait par ailleurs d'améliorer la communication entre les différents acteurs sur le terrain. "La communication n'est pas simple en temps de crise. Nous ne recevons pas toujours les renseignements exacts qu'il nous faut", indique-t-il encore. "On doit nous donner plus de moyens pour intervenir de manière plus adéquate. Il faut agir avant et pas quand la catastrophe a lieu", conclut-il. (Belga)