Un total de 390.000 personnes ont été vaccinées à ce jour en France, et un million de rendez-vous de vaccination ont été pris, a souligné M. Castex, alors que les accusations de lenteurs se poursuivent contre le gouvernement.

"Je vous rappelle à toutes et à tous que ces vaccinations s'effectueront dans l'ordre et dans la sécurité du à nos concitoyens", a affirmé le chef du gouvernement lors d'un déplacement à Lyon (centre-est).

Ces vaccinations "s'effectueront de manière progressive, au fur et à mesure que les 200 millions de doses de vaccin que la France a commandées ou pré-commandées arriveront sur le territoire national", a-t-il ajouté.

"On ne pourra pas vacciner en quelques jours, pas plus en France qu'ailleurs, les cinq millions de personnes âgées de plus de 75 ans qui pourront commencer à être vaccinés dès lundi", a reconnu M. Castex.

"Ce défi-là aussi, il sera relevé (...) dans le calme et en disant la vérité aux gens, même lorsque les processus de fabrication entraîneront, comme on le voit parfois, des retards de livraison pour notre pays", a-t-il affirmé, après les sueurs froides provoquées la veille par l'annonce par l'américain Pfizer d'une baisse de cadence "pour trois à quatre semaines".

Samedi, le laboratoire a toutefois indiqué avoir mis en place un "plan" pour accélérer la production, et revenir au calendrier initial de livraisons à l'Union européenne "à partir de la semaine du 25 janvier".

Un total de 390.000 personnes ont été vaccinées à ce jour en France, et un million de rendez-vous de vaccination ont été pris, a souligné M. Castex, alors que les accusations de lenteurs se poursuivent contre le gouvernement."Je vous rappelle à toutes et à tous que ces vaccinations s'effectueront dans l'ordre et dans la sécurité du à nos concitoyens", a affirmé le chef du gouvernement lors d'un déplacement à Lyon (centre-est). Ces vaccinations "s'effectueront de manière progressive, au fur et à mesure que les 200 millions de doses de vaccin que la France a commandées ou pré-commandées arriveront sur le territoire national", a-t-il ajouté. "On ne pourra pas vacciner en quelques jours, pas plus en France qu'ailleurs, les cinq millions de personnes âgées de plus de 75 ans qui pourront commencer à être vaccinés dès lundi", a reconnu M. Castex. "Ce défi-là aussi, il sera relevé (...) dans le calme et en disant la vérité aux gens, même lorsque les processus de fabrication entraîneront, comme on le voit parfois, des retards de livraison pour notre pays", a-t-il affirmé, après les sueurs froides provoquées la veille par l'annonce par l'américain Pfizer d'une baisse de cadence "pour trois à quatre semaines".Samedi, le laboratoire a toutefois indiqué avoir mis en place un "plan" pour accélérer la production, et revenir au calendrier initial de livraisons à l'Union européenne "à partir de la semaine du 25 janvier".