Les pays alpins s'apprêtent à recevoir des touristes impatients de retrouver les joies de la poudreuse. Mais la flambée épidémiologique du Covid pourrait jouer les trouble-fêtes, avec un variant Omicron qui inquiète. Au coeur des Alpes, les pays n'ont pas tous la même stratégie d'accueil. Voici donc un aperçu des règles par pays.

Suisse

Le gouvernement suisse avait jusqu'à présent choisi de ne pas durcir les mesures sanitaires malgré la "cinquième vague", laissant aux cantons le soin de déterminer les mesures appropriées au niveau local.

Face aux inquiétudes concernant le variant Omicron, le Conseil fédéral (gouvernement) tient mardi une réunion extraordinaire après avoir renforcé les restrictions de voyage durant le week-end.

Lundi soir, quelque 23 pays avaient été placés sur la liste de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), pour lesquels des restrictions s'appliquent à l'entrée en Suisse. Les voyageurs en provenance des pays sur cette liste (dont la Belgique) doivent présenter un test négatif et se placer 10 jours en quarantaine.

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande d'attendre l'évolution de la situation dans les prochaines semaines. Il n'est pas encore acquis que cette règle (test négatif + quarantaine) soit maintenue durant les vacances de Noël.

Du côté des hôteliers suisses, l'inquiétude est totale. Ils assistent à une vague d'annulations de réservations, allant jusqu'à 100% pour la clientèle britannique, en raison des quarantaines imposées aux voyageurs face au variant Omicron, a alerté la fédération du secteur.

Autriche

La chancellier autrichien Sebastian Kurz avait promis une saison de sports d'hiver en toute sécurité. Mais si la situation épidémiologique se détériore, seuls les visiteurs vaccinés pourront avoir accès aux établissements "après-ski".

Pour l'instant, un confinement est instauré en Autriche jusqu'au 12 décembre. Les stations de ski sont ouvertes mais uniquement pour la population locale, à la journée. Avant le 12 décembre, les voyages touristiques ne sont de toutes façons pas autorisés.

Le gouvernement a annoncé une durée de confinement de 20 jours maximum. Une porte de sortie du 13 décembre est évoquée... pour les personnes vaccinées. En attendant, le flou persiste pour le touristes, et les établissements locaux.

Italie

L'Italie a mis en place des codes couleurs par région. Les activités de loisirs, et donc le ski, dépendent entièrement de ce nouveau système. En clair, entre début décembre et mi-janvier, l'accès à la plupart des lieux sera réservé aux titulaires d'un pass sanitaire (vaccination ou preuve de guérison) dans les zones blanches ou jaunes.

L'accès aux pistes dépendra donc de l'évolution de la situation par région. Vous trouverez toutes les informations sur le site du gouvernement italien.

France

Après leur fermeture l'hiver dernier en raison de la pandémie de covid-19, les stations françaises misent sur cette nouvelle saison qu'elles espèrent prometteuse malgré la contrainte du masque et du pass sanitaire dès 12 ans pour les remontées mécaniques. L'enjeu est considérable pour la France, qui figure juste derrière les Etats-Unis et l'Autriche sur le podium des destinations de ski les plus prisées au monde.

La validité du pass sanitaire en France fait l'objet de modifications. Les plus de 65 ans (étrangers compris) ont besoin d'une dose de rappel pour conserver leur pass sanitaire valide, dès le 15 décembre. Les adultes de plus de 18 ans seront également concernés dès le 15 janvier. La valadité d'un test PCR passe, lui, de 72h à 24h. Concrètement, il est donc impossible d'aller skier en France sans une vaccination en ordre, à moins de réaliser un test PCR chaque jour, à ses propres frais.

Les pays alpins s'apprêtent à recevoir des touristes impatients de retrouver les joies de la poudreuse. Mais la flambée épidémiologique du Covid pourrait jouer les trouble-fêtes, avec un variant Omicron qui inquiète. Au coeur des Alpes, les pays n'ont pas tous la même stratégie d'accueil. Voici donc un aperçu des règles par pays.Le gouvernement suisse avait jusqu'à présent choisi de ne pas durcir les mesures sanitaires malgré la "cinquième vague", laissant aux cantons le soin de déterminer les mesures appropriées au niveau local. Face aux inquiétudes concernant le variant Omicron, le Conseil fédéral (gouvernement) tient mardi une réunion extraordinaire après avoir renforcé les restrictions de voyage durant le week-end. Lundi soir, quelque 23 pays avaient été placés sur la liste de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), pour lesquels des restrictions s'appliquent à l'entrée en Suisse. Les voyageurs en provenance des pays sur cette liste (dont la Belgique) doivent présenter un test négatif et se placer 10 jours en quarantaine.L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande d'attendre l'évolution de la situation dans les prochaines semaines. Il n'est pas encore acquis que cette règle (test négatif + quarantaine) soit maintenue durant les vacances de Noël.Du côté des hôteliers suisses, l'inquiétude est totale. Ils assistent à une vague d'annulations de réservations, allant jusqu'à 100% pour la clientèle britannique, en raison des quarantaines imposées aux voyageurs face au variant Omicron, a alerté la fédération du secteur. La chancellier autrichien Sebastian Kurz avait promis une saison de sports d'hiver en toute sécurité. Mais si la situation épidémiologique se détériore, seuls les visiteurs vaccinés pourront avoir accès aux établissements "après-ski". Pour l'instant, un confinement est instauré en Autriche jusqu'au 12 décembre. Les stations de ski sont ouvertes mais uniquement pour la population locale, à la journée. Avant le 12 décembre, les voyages touristiques ne sont de toutes façons pas autorisés.Le gouvernement a annoncé une durée de confinement de 20 jours maximum. Une porte de sortie du 13 décembre est évoquée... pour les personnes vaccinées. En attendant, le flou persiste pour le touristes, et les établissements locaux.L'Italie a mis en place des codes couleurs par région. Les activités de loisirs, et donc le ski, dépendent entièrement de ce nouveau système. En clair, entre début décembre et mi-janvier, l'accès à la plupart des lieux sera réservé aux titulaires d'un pass sanitaire (vaccination ou preuve de guérison) dans les zones blanches ou jaunes.L'accès aux pistes dépendra donc de l'évolution de la situation par région. Vous trouverez toutes les informations sur le site du gouvernement italien. Après leur fermeture l'hiver dernier en raison de la pandémie de covid-19, les stations françaises misent sur cette nouvelle saison qu'elles espèrent prometteuse malgré la contrainte du masque et du pass sanitaire dès 12 ans pour les remontées mécaniques. L'enjeu est considérable pour la France, qui figure juste derrière les Etats-Unis et l'Autriche sur le podium des destinations de ski les plus prisées au monde.La validité du pass sanitaire en France fait l'objet de modifications. Les plus de 65 ans (étrangers compris) ont besoin d'une dose de rappel pour conserver leur pass sanitaire valide, dès le 15 décembre. Les adultes de plus de 18 ans seront également concernés dès le 15 janvier. La valadité d'un test PCR passe, lui, de 72h à 24h. Concrètement, il est donc impossible d'aller skier en France sans une vaccination en ordre, à moins de réaliser un test PCR chaque jour, à ses propres frais.