Le PPE reste le plus important groupe de l'hémicycle avec 178 députés (-38), tandis que le S&D en obtient 152 (-33). Ces deux familles politiques devront forger des alliances avec d'autres pour atteindre la majorité des 376 sièges. Le groupe libéral ALDE, renforcé par les macronistes, empocherait lui 108 sièges, tandis que les Verts/ALE deviennent la quatrième force de l'hémicycle avec 67 sièges. Chez les eurosceptiques, le groupe ENL, qui réunit le Rassemblement national de Marine Le Pen et la Ligue de Matteo Salvini, passe de 37 à 55 sièges, tandis le groupe populiste EFDD, où siège le Mouvement Cinq Etoiles italien et que devrait rallier le nouveau parti europhobe de Nigel Farage, progresse de 42 à 53 sièges. Les conservateurs et réformistes européens obtiennent quant à eux 61 sièges, tandis que le groupe d'extrême gauche GUE engrange lui 39 députés. Le candidat du PPE pour la présidence de la Commission européenne, Manfred Weber, a d'ores et déjà indiqué qu'il souhaitait discuter avec les socialistes, mais aussi les libéraux et les Verts pour conclure un accord de majorité. Frans Timmermans, le "Spitzenkandidat" du S&D, a quant à lui plaidé pour la mise en place d'une coalition progressiste, laissant entendre qu'elle pourrait ne pas inclure le PPE

Le PPE reste le plus important groupe de l'hémicycle avec 178 députés (-38), tandis que le S&D en obtient 152 (-33). Ces deux familles politiques devront forger des alliances avec d'autres pour atteindre la majorité des 376 sièges. Le groupe libéral ALDE, renforcé par les macronistes, empocherait lui 108 sièges, tandis que les Verts/ALE deviennent la quatrième force de l'hémicycle avec 67 sièges. Chez les eurosceptiques, le groupe ENL, qui réunit le Rassemblement national de Marine Le Pen et la Ligue de Matteo Salvini, passe de 37 à 55 sièges, tandis le groupe populiste EFDD, où siège le Mouvement Cinq Etoiles italien et que devrait rallier le nouveau parti europhobe de Nigel Farage, progresse de 42 à 53 sièges. Les conservateurs et réformistes européens obtiennent quant à eux 61 sièges, tandis que le groupe d'extrême gauche GUE engrange lui 39 députés. Le candidat du PPE pour la présidence de la Commission européenne, Manfred Weber, a d'ores et déjà indiqué qu'il souhaitait discuter avec les socialistes, mais aussi les libéraux et les Verts pour conclure un accord de majorité. Frans Timmermans, le "Spitzenkandidat" du S&D, a quant à lui plaidé pour la mise en place d'une coalition progressiste, laissant entendre qu'elle pourrait ne pas inclure le PPE