Deux journalistes ont pris la parole pour rappeler les règles s'appliquant lors des conférences destinées aux médias et demander que ces applaudissements cessent. Leurs requêtes n'ont toutefois pas eu d'effet.

Le nouveau groupe d'extrême droite "Identité et Démocratie" comptera 73 élus issus de neuf pays (France, Italie, Belgique, République tchèque, Danemark, Finlande, Allemagne, Autriche et Estonie). Il bénéficie en particulier de la poussée de la Ligue italienne de Matteo Salvini (28 sièges), qui lui fournit son nouveau président en la personne de Marco Zanni. Outre l'importante délégation française (22 sièges), ID a aussi attiré le parti d'extrême droite allemand AfD (11 sièges). Le Vlaams Belang lui apporte ses trois élus.

Avec 73 strapontins sur 751, ID devrait devenir la 5e formation politique du Parlement, derrière les chrétiens-démocrates du PPE, les socialistes et sociaux-démocrates du S&D, les libéraux et macroniens de "Renew Europe" (ex-ALDE) et les Verts-ALE.

"L'Europe doit changer d'attitude sur trois thèmes : la sécurité intérieure, la migration et la politique économique", a affirmé M. Zanni, se disant prêt à travailler et faire des propositions sur ces sujets. "Nous savons pertinemment où nous voulons aller et ce qui nous différencie", a pour sa part souligné la présidente du Rassemblement National, Marine Le Pen. Cette dernière a reconnu que des "sensibilités différentes" existaient sur certaines thématiques au sein du groupe, tout en affirmant qu'il y avait "une vision commune sur les grands sujets".