Monsieur Sahin, la plupart des spécialistes ne s'attendaient pas à ce que le vaccin contre le coronavirus empêche aussi la transmission du virus. Cependant, le vaccin de BioNtech empêcherait 90% des infections. Êtes-vous surpris ?
...

Monsieur Sahin, la plupart des spécialistes ne s'attendaient pas à ce que le vaccin contre le coronavirus empêche aussi la transmission du virus. Cependant, le vaccin de BioNtech empêcherait 90% des infections. Êtes-vous surpris ? Oui, je ne m'attendais pas à de si bons résultats. Pour les infections des voies respiratoires, comme le covid-19 donc, la voie que doit parcourir le virus pour atteindre sa destination est très courte. Il semble difficile d'empêcher tout à fait l'infection. Cependant, les résultats publiés la semaine dernière dans le New England Journal of Medicine, sont spectaculaires. Plus de données suivront. Nous préparons une publication. Ces premiers résultats officiels viennent d'une grande étude d'une société d'assurance israélienne et de la Harvard Medical School. Comment ont-elles étudié la prévention de la transmission du vaccin? En observant un groupe de contrôle, où elles ont comparé les données de personnes vaccinées à celle d'un groupe qui n'a pas encore été vacciné. C'est une étude très différente de celle de l'approbation du vaccin. Pour une étude d'autorisation, il faut diviser les sujets en deux groupes : un groupe reçoit le véritable vaccin, l'autre groupe un placebo. Ensuite, vous allez voir s'il y a moins de personnes contaminées dans le groupe qui est vraiment vacciné que dans le groupe qui a reçu un placebo. La dernière étude israélienne était plutôt un mécanisme de contrôle officiel réalisé par le ministère israélien de la Santé publique. Qu'est-ce que cela signifie? Plus d'un million de personnes vaccinées avec notre BNT162b2 pendant la campagne de vaccination ont été suivies et comparées à un groupe témoin qui n'avait pas encore été vacciné. Non seulement, on enregistre les symptômes, l'intensité de la progression de la maladie, les hospitalisations et les décès, mais on a effectué un test PCR sur un large échantillon afin de détecter les infections asymptomatiques et de déterminer si le vaccin peut empêcher les personnes de contracter le SRAS-CoV-2. L'étude d'approbation initiale portait principalement sur la protection contre la maladie, et non sur l'infection. Les données israéliennes montrent donc qu'il y a près de 90 % d'infections en moins parmi les personnes vaccinées que parmi les personnes non vaccinées.BioNTech/Pfizer a réalisé une étude similaire de concert avec les ministres israéliens de la Santé publique qui implique quelques millions d'Israéliens. Vous publierez bientôt les résultats. Sont-ils comparables ? Nous ne pourrons rien dire sur les résultats exacts tant qu'ils ne seront pas publiés. Mais, en principe, les données que nous avons vues jusqu'à présent sont très encourageantes. Elles confirment les résultats de notre essai clinique avec 44 000 sujets dans une étude réalisée dans des conditions normales et sur des millions de personnes. Ce n'est pas évident, et les résultats semblent excellents.Qu'est-ce que cela signifie pour la lutte contre la pandémie, s'il s'avère que le vaccin est également efficace contre l'infection?Plus de 80% des infections en Israël étaient dues à la variante britannique B.1.1.7. C'est pourquoi le nombre de cas y était élevé depuis si longtemps, sans vaccination généralisée. Si les campagnes de vaccination se poursuivent sans heurts, je suppose que les taux d'infection en Europe diminueront fortement à partir de la fin mars.Car en Israël, la moitié de la population aura probablement été vaccinée d'ici là. Que va-t-il se passer en Europe?Nous avons le problème que B.1.1.7. se répand également en Europe. Si les campagnes de vaccination peuvent se poursuivre comme prévu, à partir de la mi-mars, le taux de mortalité devrait commencer à baisser dans la population âgée, qui a été vaccinée en premier. Mais le taux d'infection ne baissera de manière significative que fin mai ou début juin. En tout cas, nous devrions mieux contrôler la pandémie à moyen terme si le vaccin empêche une grande partie les infections ?Les vaccins efficaces permettent de contrôler la pandémie. Ce n'est qu'une question de temps et de couverture vaccinale. La bonne nouvelle, c'est que si un nombre suffisant de personnes sont vaccinées, la pandémie devrait être bien mieux maîtrisée d'ici la fin de l'été. Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura plus d'infections, mais que nous pourrons reprendre nos vies d'avant.À moins que nous soyons submergés par le variant sud-africain. Ou par un tout nouveau mutant difficile à contrôler.Nous n'avons pas encore de données épidémiologiques sur le variant sud-africain. Pour l'instant, il n'est pas très propagé en Europe, hormis quelques régions. Mais nous devons également nous préparer à de nouveaux mutants. Si le vaccin peut prévenir l'infection par le CoV-2 du SRAS, cela signifie-t-il aussi qu'il y aura moins de nouveaux mutants?Oui, chaque contamination permet au virus de muter davantage. En ce moment, le virus circule activement. Ce sont des conditions idéales pour la formation de nouveaux mutants. Si moins de personnes sont infectées rapidement, le risque de formation de nouveaux variants diminue. À l'avenir, nous devrons alors compter avec d'autres mutants, qui tenteront d'échapper à la réaction d'anticorps provoquée par la vaccination ou une infection antérieure. C'est ce que tente aussi de faire le virus de la grippe.Mais jusqu'à présent, vous n'avez encore vu aucune mutation qui vous inquiète?Non. Le variant sud-africaine pourrait compromettre une partie de son efficacité, c'est pourquoi nous surveillons cela de près. Mais jusqu'à présent, nous ne voyons aucune preuve que notre vaccin n'est pas suffisamment efficace.Mais comme première étape, plus réalisable, nous devrions viser l'immunité de groupe, c'est-à-dire le moment où toutes les personnes vaccinées ne seront plus aussi contagieuses.Oui, avec un vaccin qui prévient les infections, en tant que personne vaccinée, je me protège non seulement moi-même, mais aussi les personnes non vaccinées. Parce que j'ai presque 90 % de chances d'être porteur. Mais je n'aime pas le terme d'immunité de groupe, même si je l'utilise parfois moi-même.Pourquoi pas? L'immunité de groupe est souvent mal comprise, certains s'imaginent que les personnes non vaccinées sont également protégées dans une foule de personnes vaccinées. Ce n'est pas le cas. Si vous n'êtes pas vacciné, vous n'êtes pas protégé et vous pouvez toujours être infecté. S'il y a un super-propagateur à une fête de 500 personnes, mais que 100 personnes ne sont pas vaccinées, cela conduit à un foyer.Mais quoi qu'il en soit, moins de personnes seront contaminées. En effet, si un tel super-propagateur devait infecter 100 personnes au départ, il y en aura beaucoup moins à l'avenir. Cela signifie surtout que notre système de santé ne sera pas surchargé. Les gens accepteront donc que les personnes non vaccinées soient infectées. Il y aura certainement toujours des foyers limités, mais ils s'éteindront relativement rapidement. C'est l'avantage de l'immunité de groupe.En Israël, les premiers privilèges pour les personnes vaccinées seront introduits à partir de cette semaine. Par exemple, ils seront à nouveau autorisés à retourner dans les écoles de sport, les synagogues et les manifestations culturelles. Est-ce la bonne décision d'un point de vue scientifique ?Au fond, la question centrale est de savoir comment gérer le fait que 30 % de la population refusera peut-être le vaccin. Je n'ai pas de solution pour cela. Ce qui est certain, c'est que ceux qui sont immunisés ne seront, avec une très forte probabilité, pas fortement infectés pendant des mois, ou du moins pas du tout.BioNTech a récemment annoncé que le vaccin ne devra bientôt plus être conservé en permanence à moins 70 degrés, mais qu'il pourra être conservé pendant au moins quelques semaines même à des températures de congélation normales de moins 20 degrés. Quand les médecins généralistes pourront-ils stocker le vaccin ?Normalement, nous soumettons la demande à l'Agence européenne des médicaments (EMA) dans un délai de quelques semaines. Si les autorités réagissent aussi rapidement qu'elles l'ont fait jusqu'à présent, cela pourrait être mis en pratique très bientôt.Vous vous êtes défendu contre les accusations selon lesquelles vous avez entamé des négociations avec l'UE à un prix trop élevé. Quelles sont les relations actuelles avec l'UE ?Les relations avec mes confrères et moi sont bonnes. Nous avons accompli beaucoup de choses avec la Commission européenne et l'EMA. Rien que dans l'UE, nous distribuerons un demi-milliard de doses cette année. C'est le plus gros contrat au monde. Nous avons développé notre production en Europe. On l'ignore parfois, mais nous travaillons sur des solutions pour s'attaquer rapidement aux nouveaux variants et pour faciliter encore davantage le stockage et l'administration du vaccin. Mais en fin de compte, il s'agit de faire parvenir les résultats aux gens. C'est ce que nous trouvons important.