Selon plusieurs sources, M. Zapata est tombé dans les eaux anglaises juste à côté du bateau de ravitaillement en kérosène et a été secouru. Il était conscient au moment de l'intervention pour l'extraire de l'eau, selon une conversation radio entendue par une journaliste de l'AFP. "Il va bien et il est en train d'être ramené sur le littoral. Il a été secouru par les plongeurs du bateau. Il a rassuré son épouse qu'il a eue au téléphone", a déclaré à l'AFP le maire de Sangatte, Guy Lallemand.

"Il y a eu un souci au niveau du ravitaillement entre les eaux françaises et anglaises. Du coup, il n'a pu effectuer la procédure. Donc la traversée de la Manche est annulée", a sobrement déclaré une porte-parole de l'équipe Zapata en refusant de confirmer explicitement sa chute.

Peu après la nouvelle de la chute, l'ambiance était pesante sur la plage de Sangatte. L'équipe était en train de remballer le matériel, le public était en partance. Pour effectuer cette traversée d'environ 35 km de la Manche, 110 ans après l'exploit de Louis Blériot, premier aviateur à avoir franchi le détroit par les airs, Franky Zapata devait ravitailler sa machine volante en kérosène côté anglais, à 18 km des côtes françaises.

Champion d'Europe et du monde de jet-ski, ce Marseillais de 40 ans misait sur une traversée d'une vingtaine de minutes pour rallier les côtes anglaises dans la zone de St Margaret's Bay, en volant à environ 140 km/h et à 15 ou 20 mètres au-dessus de l'eau.

Vers 9h05, debout sur une sorte de plateforme, les pieds solidement coincés comme dans des chaussures de snowboard, il avait décollé à la verticale, dans un vrombissement assourdissant, d'un parking proche de la plage de Sangatte-Blériot-Plage, devant plusieurs dizaines de curieux qui applaudissaient et une importante équipe de production. Dans sa combinaison noire et rouge, le visage dissimulé derrière la visière de son casque noir, il a survolé la digue puis disparu en quelques secondes à l'horizon, au dessus de la mer -où naviguaient au loin quelques voiliers-, se dirigeant grâce à un joystick tenu dans une main. Des bateaux devaient le suivre jusqu'à son atterrissage près de Douvres.

Le "Flyboard", une machine volante autonome alimentée en kérosène stocké dans son sac à dos, est doté de cinq mini-turboréacteurs qui lui permettent de décoller et d'évoluer jusqu'à 190 km/h debout dans les airs, avec une autonomie d'une dizaine de minutes. Le 14 juillet, jour de la fête nationale française, Franky Zapata avait offert un époustouflant spectacle futuriste au traditionnel défilé à Paris en volant debout à plusieurs dizaines de mètres du sol sur son "Flyboard", un engin de son invention, au-dessus des Champs-Elysées.