Après la crise de 2008, la Grèce a vu le prix de son immobilier résidentiel perdre plus de 45 % de sa valeur. " Depuis trois ans, le marché se reprend, mais sans rattraper son niveau d'avant-crise ", tempère Victor Camhis, de l'agence spécialisée My Greek Villa (Louvain-la-Neuve), qui refuse d'évoquer une brique bradée.

Pas question, dans la Botte, de jouer la carte du tourisme de masse et de laisser les promoteurs peupler les côtes de complexes à appartements comme en Espagne. En Italie, les maisons composent le gros de l'offre. Et la mer n'a pas le monopole des faveurs des seconds résidents.

La douce France offre l'embarras du choix aux seconds résidents en matière de destinations. Jean-François Van Den Dorp, de l'agence spécialisée The Best 4 You, installée à Waterloo et surtout active sur le segment du neuf, en épingle trois en particulier. A commencer par les Alpes.

L'Espagne est le premier choix des seconds résidents belges à l'étranger. Pour son climat agréable, ses kilomètres de plages - le marché est principalement côtier, ramassé au sud-ouest du pays et dans les îles - et, surtout, ses petits prix.

Qui ne rêve pas d'une maison au soleil pour y créer des souvenirs impérissables ? Six pays, six marchés, mais, surtout, six cadres juridiques et fiscaux sont passés au crible pour choisir son pied-à-terre sans se tromper.