" Non pas parce qu'on y avait trop construit, mais parce que les banques avaient accordé des crédits trop facilement . " Depuis, le marché s'est repris. Après le départ des Anglais, aficionados historiques des côtes portugaises, les Français ont débarqué il y a cinq ans, retrace le courtier, basé en Algarve et dont les services ciblent avant tout les candidats-acquéreurs belges. " Les Belges ont embrayé voici trois ans. " Jusqu'à représenter 5 % du marché, contre un tiers pour les Français.
...