L'audience a repris à 12h55 (11H55 GMT) avant d'être immédiatement suspendue pour faire constater par un huissier le refus de comparaître d'un autre accusé, le Suédois Osama Krayem, dont l'interrogatoire était prévu ce jeudi.

Le président de la cour d'assises spéciale Jean-Louis Périès a demandé le recours à la force pour faire comparaître ce dernier à l'audience, dont l'interrogatoire est prévu ce jour au procès.

Son avocate a auparavant expliqué que son client avait "pris la décision" de ne plus s'"exprimer jusqu'à la fin des débats".

Seul membre encore en vie des commandos jihadistes ayant fait 130 morts à Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015, Salah Abdeslam n'était plus apparu dans le box depuis le 25 novembre, refusant, comme Osama Krayem, de s'y présenter pour protester contre l'absence physique à la barre d'enquêteurs belges.

Salah Abdeslam avait été testé positif au Covid-19 le 27 décembre, pendant la suspension du procès, mais plusieurs expertises médicales ont confirmé ces derniers jours qu'il était apte à assister aux audiences.

Le procès avait brièvement repris mardi, après une pause de quinze jours. Salah Abdeslam étant toujours placé à l'isolement après son test positif, l'audience avait été suspendue jusqu'à jeudi.

Un complément d'expertise médicale ordonné par le président de la cour, Jean-Louis Périès, a confirmé que le principal accusé était "apte à assister aux audiences de la cour d'assises".

"Le 6 janvier, M. Salah Abdeslam sera à 13 jours du début des symptômes permettant la levée de l'isolement. Aucune mesure sanitaire spécifique n'est à prendre dans ce contexte", soulignait le rapport d'expertise que l'AFP a pu consulter.

Le président Périès a indiqué que cette fois-ci, en raison de l'interrogatoire prévu d'Osama Krayem, il était "contraint d'utiliser la force publique pour le faire comparaître dans le box". Le magistrat avait ensuite demandé au chef d'escorte d'aller le chercher et avait suspendu de nouveau l'audience en attendant.

L'une des avocates du Suédois de 29 ans, Me Margaux Durand-Poincloux, a demandé à lire une lettre écrite par son client pour expliquer sa position à la cour.

"Dans un premier temps, je souhaitais m'exprimer devant cette cour. J'ai vu comment se déroulaient les débats et j'ai perdu espoir", y écrit Osama Krayem.

"Nous faisons tous semblant, ce procès est une illusion", ajoute-t-il. "Je ne pense plus aujourd'hui que le fait que je comparaisse change quoi que ce soit, c'est pour cela que j'ai pris la décision de ne plus m"expliquer".

Au terme de près de quatre mois d'audience marqués par les auditions de rescapés des attaques et de leurs proches, le procès entre dorénavant dans une nouvelle phase, celle de l'interrogatoire sur le fond du dossier des 14 accusés présents (six autres, donc cinq présumés morts, sont jugés en leur absence).

Le procès doit s'achever fin mai.

L'audience a repris à 12h55 (11H55 GMT) avant d'être immédiatement suspendue pour faire constater par un huissier le refus de comparaître d'un autre accusé, le Suédois Osama Krayem, dont l'interrogatoire était prévu ce jeudi.Le président de la cour d'assises spéciale Jean-Louis Périès a demandé le recours à la force pour faire comparaître ce dernier à l'audience, dont l'interrogatoire est prévu ce jour au procès.Son avocate a auparavant expliqué que son client avait "pris la décision" de ne plus s'"exprimer jusqu'à la fin des débats".Seul membre encore en vie des commandos jihadistes ayant fait 130 morts à Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015, Salah Abdeslam n'était plus apparu dans le box depuis le 25 novembre, refusant, comme Osama Krayem, de s'y présenter pour protester contre l'absence physique à la barre d'enquêteurs belges.Salah Abdeslam avait été testé positif au Covid-19 le 27 décembre, pendant la suspension du procès, mais plusieurs expertises médicales ont confirmé ces derniers jours qu'il était apte à assister aux audiences.Le procès avait brièvement repris mardi, après une pause de quinze jours. Salah Abdeslam étant toujours placé à l'isolement après son test positif, l'audience avait été suspendue jusqu'à jeudi. Un complément d'expertise médicale ordonné par le président de la cour, Jean-Louis Périès, a confirmé que le principal accusé était "apte à assister aux audiences de la cour d'assises". "Le 6 janvier, M. Salah Abdeslam sera à 13 jours du début des symptômes permettant la levée de l'isolement. Aucune mesure sanitaire spécifique n'est à prendre dans ce contexte", soulignait le rapport d'expertise que l'AFP a pu consulter.Le président Périès a indiqué que cette fois-ci, en raison de l'interrogatoire prévu d'Osama Krayem, il était "contraint d'utiliser la force publique pour le faire comparaître dans le box". Le magistrat avait ensuite demandé au chef d'escorte d'aller le chercher et avait suspendu de nouveau l'audience en attendant.L'une des avocates du Suédois de 29 ans, Me Margaux Durand-Poincloux, a demandé à lire une lettre écrite par son client pour expliquer sa position à la cour. "Dans un premier temps, je souhaitais m'exprimer devant cette cour. J'ai vu comment se déroulaient les débats et j'ai perdu espoir", y écrit Osama Krayem. "Nous faisons tous semblant, ce procès est une illusion", ajoute-t-il. "Je ne pense plus aujourd'hui que le fait que je comparaisse change quoi que ce soit, c'est pour cela que j'ai pris la décision de ne plus m"expliquer".Au terme de près de quatre mois d'audience marqués par les auditions de rescapés des attaques et de leurs proches, le procès entre dorénavant dans une nouvelle phase, celle de l'interrogatoire sur le fond du dossier des 14 accusés présents (six autres, donc cinq présumés morts, sont jugés en leur absence).Le procès doit s'achever fin mai.