La moitié des répondants disent en revanche vouloir que le chef du gouvernement respecte la législation adoptée la semaine dernière à la Chambre des Communes, et entrée en vigueur ce lundi.

Celle-ci le contraindrait à demander un nouveau report de la date de sortie actuelle (31 octobre) s'il ne parvient pas à décrocher un nouvel accord de retrait avec les 27 lors du sommet européen des 17 et 18 octobre prochains.

Le dirigeant conservateur a déjà averti à plusieurs reprises qu'il ne demanderait pas de nouveau report.

Parmi les répondants au sondage qui avaient voté contre le maintien dans l'Union lors du référendum de 2016, 52% jugent que Boris Johnson doit ignorer la nouvelle législation, tandis que 30% sont d'avis contraire. Parmis ceux qui se disent conservateurs - le parti de M. Johnson -, les résultats sont similaires (50% contre 34%).

Dans les rangs des partisans du maintien dans l'UE, 77% réclament le respect de la loi, tandis que 8% disent le contraire.