L'annonce de Merkel fait suite à la défaite du CDU dans le Land allemand de Hesse. L'actuel ministre-président et fidèle allié de Merkel Volker Bouffier y a perdu pas moins de 11,3% des voix. Il y a plus de deux semaines, nous avons vu un scénario similaire dans l'État de Bavière. C'est là que la Christlich Soziale Union (CSU), le parti frère de la CDU de la Merkel, a obtenu son pire résultat depuis 1950. Les résultats témoignent des difficultés dont souffrent le gouvernement allemand actuel et le parti de Merkel depuis quelque temps.
...

L'annonce de Merkel fait suite à la défaite du CDU dans le Land allemand de Hesse. L'actuel ministre-président et fidèle allié de Merkel Volker Bouffier y a perdu pas moins de 11,3% des voix. Il y a plus de deux semaines, nous avons vu un scénario similaire dans l'État de Bavière. C'est là que la Christlich Soziale Union (CSU), le parti frère de la CDU de la Merkel, a obtenu son pire résultat depuis 1950. Les résultats témoignent des difficultés dont souffrent le gouvernement allemand actuel et le parti de Merkel depuis quelque temps.Crise de réfugiés et frictions internes Les mauvais résultats électoraux ne sont pas neufs pour Merkel. Lors des élections fédérales de septembre 2017, l'électeur a manifesté son antipathie vis-à-vis de la "Grande Coalition" entre le SPD socio-démocrate et la CDU chrétienne-démocrate. La CDU a perdu 8,6 points de pourcentage par rapport à 2013, tandis que le SPD a perdu un peu moins de six points de pourcentage. L'électeur a émis un signal fort. Mais faute d'alternatives, les deux partis étaient condamnés à gouverner ensemble, un manque d'alternatives que les électeurs n'apprécient guère.La crise des réfugiés continue également de jouer des tours à la chancelière allemande. Le Wir Schaffen Das a fait en sorte - à tort - que Merkel soit tenue personnellement responsable de la crise des réfugiés en 2015. La chancelière, le parti et le gouvernement fédéral allemand en subissent encore aujourd'hui les conséquences. Cependant, dès l'été 2016, le gouvernement allemand a considérablement durci sa politique d'asile et de migration. Le fait que même le coprésident des Verts, Robert Habeck, ait critiqué la politique de réfugiés de Merkel montre que la chancelière a du mal à inverser la perception.En outre, ces derniers mois, le gouvernement allemand a été en proie à d'importantes luttes intestines. Le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer (CSU) a du mal à supporter Merkel. Après le sommet européen sur les migrations de juin, Seehofer a même lancé un ultimatum à Merkel. Si Merkel ne parvenait pas à trouver des solutions nationales pour les migrants en provenance de l'Union européenne arrivant en Allemagne, Seehofer réintroduirait des contrôles aux frontières. Et si Merkel le remercie, Seehofer est déterminé à renverser le gouvernement. Le fait que Seehofer ait pu forcer Merkel à agir illustre la position affaiblie de Merkel.En outre, en septembre, Merkel a été contrainte de remplacer le chef des services de renseignement de l'époque, Hans-Georg Maaßen. Ce dernier avait remis en question les critiques de Merkel à l'égard des groupes d'extrême droite. Après que les dirigeants du parti aient décidé de promouvoir Maaßen avec un salaire plus élevé, la critique a pris des proportions considérables. Finalement, une autre solution a été trouvée pour Maaßen, mais le mal était fait. Le mois dernier, Ralf Brinkhaus a été élu président d'un groupe politique au Bundestag aux dépens du candidat de Merkel, Volker Kauder. Pour Merkel, c'était là une défaite symbolique considérable.Le paysage du parti fragmenté Toutefois, il serait beaucoup trop simpliste de réduire la perte de pouvoir d'Angela Merkel à une simple conséquence de la politique gouvernementale. Tout aussi importants sont les profonds changements qui ont eu lieu dans le paysage politique allemand à un rythme soutenu au cours des dix dernières années. Pour bien évaluer son impact, il faut remonter dans le temps.Après la Seconde Guerre mondiale, les deux partis traditionnels allemands (CDU et SPD) réunis ont obtenu environ 80% des voix pendant des décennies. Lorsqu'aucun des deux n'a pu obtenir la majorité absolue, le parti libéral Freie Demokratische Partei (FDP) a fait office de partenaire occasionnel. Les Verts sont apparus pour la première fois au début des années 80. Plus de dix ans plus tard, après la chute du mur de Berlin et l'implosion de l'Union soviétique, les communistes ont surgi pour la première fois au parlement allemand. Malgré le fait que le gâteau électoral devait désormais être partagé par cinq partis, le SPD et la CDU vont très bien résister.En 2005, les trois petits partis réunis ont pour la première fois obtenu un score significatif. En conséquence, les partis traditionnels ont dû renoncer à environ 10 points de pourcentage. En raison de la crise financière et du problème des réfugiés, le paysage des partis en Allemagne - comme dans de nombreux autres États membres européens - s'est fragmenté.Suite à l'ascension fulgurante du parti radical de droite et populiste Alternative für Deutschland, l'Union a vu une proportion importante de ses électeurs partir. A son tour, le SPD - tout comme la Belgique - a vu une part considérable de son électorat partir chez les Verts. Il semble que le paysage politique allemand évolue vers un spectre dans lequel quatre partis obtiendront environ 20% des voix, tandis que deux partis resteront autour des 10%.Comme Merkel a dirigé le gouvernement allemand pendant près de quatorze ans et a été à la tête du parti pendant plus de dix-huit ans, beaucoup la tiennent personnellement responsable de la perte structurelle de la CDU, tant au niveau régional que national. Cependant, on constate des changements tout aussi drastiques dans de nombreux autres États membres européens. Le fait que Merkel est toujours la femme politique le plus populaire du pays en dit long. Surtout - encore une fois - après quatorze ans au poste de chancelière.Remplaçants? La question qui se pose actuellement est de savoir qui suivra les traces d'Angela Merkel. Cette décision sera prise par les membres de la CDU à Hambourg au début du mois de décembre. Comme le président du parti est aussi le candidat au poste de chancelier aux élections fédérales, il est possible que l'on connaisse le nom du prochain chancelier dès ce moment-là.Il y a actuellement trois politiciens de la CDU qui sont candidats. La question est surtout de savoir quelle voie ils veulent emprunter pour redonner au parti la confiance en soi d'antan. La CDU veut-elle revenir sur sa voie classique de droite conservatrice ? Ou choisira-t-elle de garder le cap de Merkel ?Qui sont ces candidats ? Le premier est l'actuel ministre de la Santé, Jens Spahn. Au sein de la direction du parti, Spahn est l'un des plus grands critiques de la politique de Merkel. Spahn plaide en faveur d'une approche conservatrice et d'une politique migratoire restrictive et tentera de faire revenir l'électeur séduit par l'AfD à son parti.Annegret Kram-Karrenbauer, plus progressiste, est la deuxième candidate en vue. Élue Secrétaire générale du parti au début du mois de février à la suggestion d'Angela Merkel, Karrenbauer a toujours été une fidèle alliée de la chancelière, même si ces derniers mois, elle n'a pas hésité à critiquer la politique de la chancelière. En tant qu'ancienne ministre-présidente de la Sarre, Karrenbauer a beaucoup d'expérience administrative. De plus, elle est également populaire auprès de la base du parti puisqu'elle a participé à quarante réunions locales de membres l'an dernier. AKK, comme l'appellent parfois les médias allemands Karrenbauer, est considérée comme la plus grande favorite pour succéder à Merkel.Enfin, il y a Friedrich Merz, relativement inconnu, qui a présidé le groupe parlementaire de l'Union entre 2000 et 2002. Merz, plutôt conservateur, a été membre du Parlement jusqu'en 2009, avant de faire une pause dans sa carrière politique. La probabilité qu'il ait le dessus en décembre est relativement faible.Merkel peut maintenant consacrer tout son temps à gouverner pour les trois prochaines années. Bien qu'elle avait coutume de dire qu'une même personne se devait d'être président du parti et chancelier, elle semble aujourd'hui changer d'avis. Par conséquent, Merkel pourrait traverser une période nettement plus calme, à moins que le nouveau président du parti ne cherche à se démarquer de Merkel.En ce sens, la manoeuvre de Merkel a également des raisons électorales. En proposant un candidat plus jeune et plus frais, il peut déjà sortir de l'ombre de Merkel en vue des élections fédérales 2021. Quelle que soit la personne qui deviendra président en décembre, elle se retrouvera face à de grandes responsabilités.