Pour Juncker, l'Europe doit prendre conscience de sa force sur la scène mondiale

12/09/18 à 10:05 - Mise à jour à 12:19

Source: Afp

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a appelé mercredi l'Europe à "devenir davantage un acteur global" en prenant conscience de sa force sur la scène mondiale, lors de son dernier discours sur l'état de l'UE.

Pour Juncker, l'Europe doit prendre conscience de sa force sur la scène mondiale

Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne © BELGA/Dirk Waem

"Nous devons devenir davantage un acteur global", a plaidé en français le chef de l'exécutif européen devant les eurodéputés réunis en session plénière à Strabourg. "Oui, nous sommes des payeurs globaux, mais nous devons aussi être des acteurs globaux", a-t-il poursuivi en anglais.

Tout "contenu terroriste" devra être supprimé en une heure maximum

Les plateformes internet devront supprimer tout "contenu à caractère terroriste" dans un délai d'une heure après leur signalement, sous peine de sanctions, a proposé mercredi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker devant le Parlement européen.

La "Commission propose aujourd'hui de nouvelles règles afin que tout contenu terroriste mis en ligne soit supprimé dans un délai d'une heure, car c'est dans ce laps de temps qu'il a le plus d'impact", a dit le chef de l'exécutif européen à Strasbourg.

Bruxelles avait déjà demandé il y a plusieurs mois aux acteurs d'internet de se plier dans ce court délai à toute injonction de suppression d'un contenu "terroriste" émanant d'une autorité nationale. Mais l'exécutif européen comptait alors sur le volontariat des plateformes en ligne.

La proposition présentée mercredi dans le dernier discours sur l'état de l'UE de M. Juncker va plus loin, en rendant ce délai contraignant, et en l'assortissant de sanctions pour les acteurs d'internet en cas de non-respect. Les Etats membres "devront mettre en place des sanctions efficaces, proportionnées et dissuasives pour les cas de non-respect d'une injonction de suppression d'un contenu à caractère terroriste en ligne", a indiqué la Commission.

Dans le cas où un fournisseur de services d'hébergement "omettrait systématiquement de se conformer aux injonctions de suppression", une sanction financière pourrait même atteindre "jusqu'à 4% de son chiffre d'affaires global de l'exercice précédent", a-t-elle ajouté.

Ce nouveau tour de vis contre les acteurs du numérique --qui devra être adopté par les Etats membres et les eurodéputés pour devenir effectif-- intervient quelques mois après l'entrée en vigueur de règles européennes contraignantes pour pousser les grands plateformes comme Google et Facebook à mieux protéger les données personnelles des internautes.

M. Juncker a aussi réitéré mercredi sa proposition d'"inclure la lutte contre les actes terroristes" dans le champ de compétences du futur parquet européen, dont le lancement est prévu d'ici 2021. "Nous devons être en mesure d'assurer que les terroristes seront poursuivis à travers toute l'Europe, au-delà des frontières, car les terroristes ne connaissent pas de frontières", a souligné M. Juncker devant les eurodéputés.

En l'état actuel de son mandat, le futur parquet européen sera spécialisé dans la lutte contre les fraudes au budget européen et contre les fraudes à la TVA à caractère transfrontalier.

"Une nouvelle alliance" entre l'UE et l'Afrique

"La Commission propose aujourd'hui une nouvelle alliance (...) pour des investissements et des emplois durables", a-t-il déclaré devant le Parlement européen à Strasbourg.

Un nouveau partenariat économique entre les deux continents "permettrait de créer jusqu'à 10 millions d'emplois en Afrique dans les cinq prochaines années", a-t-il souligné.

Il a relevé que l'Afrique, dont de nombreux ressortissants fuient vers l'Europe en quête d'une vie meilleure, via la Méditerranée, compterait "2,5 milliards d'habitants d'ici à 2050".

"36% du commerce de l'Afrique se fait d'ores et déjà avec l'UE, mais les échanges commerciaux entre nous ne sont pas suffisants", a estimé M. Juncker.

"Je suis convaincu que nous devons faire évoluer les nombreux accords commerciaux entre les pays africains et l'UE vers un accord de libre échange de continent à continent, un partenariat économique entre partenaires égaux", a ajouté le chef de l'exécutif européen.

Il faut selon lui "arrêter d'envisager" les relations de l'UE avec l'Afrique "dans la seule perspective de l'aide au développement".

"L'Afrique n'a pas besoin de charité, elle a besoin d'un partenariat équilibré", a-t-il insisté.

Brexit: Londres ne peut pas être dans "certaines parties du marché unique"

"Le gouvernement britannique doit comprendre que quelqu'un qui quitte l'Union ne saurait avoir la même position privilégiée qu'un Etat membre. Si on quitte l'Union, on ne fait évidemment pas partie de notre marché unique et certainement pas de certaines de ses parties", a également déclaré M. Juncker.

Migration: Juncker veut une force de "10.000 gardes-frontières européens"

Jean-Claude Juncker a appelé le Parlement européen à un renforcement significatif de l'agence européenne de gardes-frontières, proposant qu'elle puisse disposer d'ici 2020 de 10.000 agents mobilisables aux confins de l'Union.

Nos partenaires