Le nouveau variant Omicron pourrait devenir dominant parmi les infections de Covid-19 en Europe d'ici mi-janvier, a mis en garde ce mercredi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, ajoutant qu'il y avait désormais assez de vaccins pour tous les Européens.

Vu l'actuelle rapide progression des cas, "la science nous dit que nous devons nous attendre à ce que Omicron soit déjà le nouveau variant dominant en Europe à la mi-janvier", a déclaré Mme von der Leyen au Parlement européen à Strasbourg.

"Nous sommes plus préparés que jamais à combattre le virus", a-t-elle déclaré sur Twitter. Selon la présidente de la Commission européenne, plus de 66 % des Européens ont reçu deux injections. Et 62 millions de personnes ont déjà eu une dose de rappel, "ce qui est la meilleure protection actuellement disponible contre le variant Omicron". Selon elle, l'Europe peut produire plus de 300 millions de doses par mois. "Nous aurons donc assez de vaccins !"

En Belgique

En Belgique, Emmanuel André avait déjà pointé ce risque. Ce mardi, sur La Première, il expliquait qu'Omicron représentait environ 3% des personnes diagnostiquées positives : "C'est dix fois plus qu'il y a une grosse semaine. On est clairement dans cette croissance exponentielle où on sait que les jours et les semaines qui viennent ça va se développer très fort. Quand cette dynamique exponentielle là est lancée ça crée directement un emballement. On sera avec Omicron comme variant dominant dans les semaines qui viennent. Il y a énormément d'efforts qui sont faits pour contenir certains clusters en Belgique, ce qui retarde un petit peu, ce qui nous permet de gagner quelques jours. Mais d'ici le mois de janvier, on sera certainement avec un variant Omicron qui sera dominant."

On commence à avoir plus d'informations sur Omicron, selon Emmanuel André. "Ce variant est trois, quatre fois plus contagieux. La virulence, les formes graves qu'Omicron peut provoquer, est vraiment la grande question. Quand on regarde les chiffres d'Afrique du Sud, pour le moment, ils sont plutôt rassurants. Il y a eu des hospitalisations mais qui étaient en général plus courtes, avec beaucoup moins voir presque pas de cas de décès. Le Danemark par contre a publié ce lundi soir un premier rapport sur les 2500 premiers cas Omicron. Et là on voit qu'il y a quand même des hospitalisations et des infections dans les hôpitaux."

Le nouveau variant Omicron pourrait devenir dominant parmi les infections de Covid-19 en Europe d'ici mi-janvier, a mis en garde ce mercredi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, ajoutant qu'il y avait désormais assez de vaccins pour tous les Européens.Vu l'actuelle rapide progression des cas, "la science nous dit que nous devons nous attendre à ce que Omicron soit déjà le nouveau variant dominant en Europe à la mi-janvier", a déclaré Mme von der Leyen au Parlement européen à Strasbourg. "Nous sommes plus préparés que jamais à combattre le virus", a-t-elle déclaré sur Twitter. Selon la présidente de la Commission européenne, plus de 66 % des Européens ont reçu deux injections. Et 62 millions de personnes ont déjà eu une dose de rappel, "ce qui est la meilleure protection actuellement disponible contre le variant Omicron". Selon elle, l'Europe peut produire plus de 300 millions de doses par mois. "Nous aurons donc assez de vaccins !" En Belgique, Emmanuel André avait déjà pointé ce risque. Ce mardi, sur La Première, il expliquait qu'Omicron représentait environ 3% des personnes diagnostiquées positives : "C'est dix fois plus qu'il y a une grosse semaine. On est clairement dans cette croissance exponentielle où on sait que les jours et les semaines qui viennent ça va se développer très fort. Quand cette dynamique exponentielle là est lancée ça crée directement un emballement. On sera avec Omicron comme variant dominant dans les semaines qui viennent. Il y a énormément d'efforts qui sont faits pour contenir certains clusters en Belgique, ce qui retarde un petit peu, ce qui nous permet de gagner quelques jours. Mais d'ici le mois de janvier, on sera certainement avec un variant Omicron qui sera dominant."On commence à avoir plus d'informations sur Omicron, selon Emmanuel André. "Ce variant est trois, quatre fois plus contagieux. La virulence, les formes graves qu'Omicron peut provoquer, est vraiment la grande question. Quand on regarde les chiffres d'Afrique du Sud, pour le moment, ils sont plutôt rassurants. Il y a eu des hospitalisations mais qui étaient en général plus courtes, avec beaucoup moins voir presque pas de cas de décès. Le Danemark par contre a publié ce lundi soir un premier rapport sur les 2500 premiers cas Omicron. Et là on voit qu'il y a quand même des hospitalisations et des infections dans les hôpitaux."