D'ailleurs, 31 % de ceux qui ne votent pas expliquent leur absentionnisme parce que le vote blanc n'est pas pris en compte ; 36 % ne se déplacent pas jusqu'au bur...

D'ailleurs, 31 % de ceux qui ne votent pas expliquent leur absentionnisme parce que le vote blanc n'est pas pris en compte ; 36 % ne se déplacent pas jusqu'au bureau électoral parce qu'ils ne se considèrent pas représentés par les partis ; 80 % disent même ne pas se sentir représentés par les responsables politiques actuels. Et 48 % sont favorables à l'instauration d'un référendum d'initiative citoyenne. Ce sont les enseignements du sondage effectué auprès de 3 175 Français de 16 à 25 ans, avant les municipales (ces 15 et 22 mars 2020), par Diplomeo, moteur de recherche et comparateur de formations des études supérieures en France, qui voulait " comprendre cet abandon des urnes par les plus jeunes ". Pas sûr que les moins jeunes pensent autrement. Et pas sûr que ce ne soit qu'une réalité française.