Léo Grasset a eu mille et une vies. Une à Sury-le-Comtal, où il a grandi, une dans le sud de la France, où il partait régulièrement en famille en camping-car, une autre encore dans l'Atlantique sur un voilier, mais aussi en Guadeloupe, dans une université de Montréal, un parc naturel du Zimbabwe et en coloc en Thaïlande. Plusieurs existences au cours desquelles il a façonné son identité mais un petit enfant de Sury-le-Comtal est-il "physiologiquement" la même personne qu'un Youtubeur vingt ans plus tard? C'est à ce genre de question qu'il tente de répondre dans ses vidéos de dix à vingt minutes. Ton léger, sourire malicieux, ce détenteur d'un master en biologie évolutive s'inspire de sa propre histoire ou de ses rencontres pour vulgariser des thématiques scientifiques sur sa chaîne YouTube DirtyBiology.
...

Léo Grasset a eu mille et une vies. Une à Sury-le-Comtal, où il a grandi, une dans le sud de la France, où il partait régulièrement en famille en camping-car, une autre encore dans l'Atlantique sur un voilier, mais aussi en Guadeloupe, dans une université de Montréal, un parc naturel du Zimbabwe et en coloc en Thaïlande. Plusieurs existences au cours desquelles il a façonné son identité mais un petit enfant de Sury-le-Comtal est-il "physiologiquement" la même personne qu'un Youtubeur vingt ans plus tard? C'est à ce genre de question qu'il tente de répondre dans ses vidéos de dix à vingt minutes. Ton léger, sourire malicieux, ce détenteur d'un master en biologie évolutive s'inspire de sa propre histoire ou de ses rencontres pour vulgariser des thématiques scientifiques sur sa chaîne YouTube DirtyBiology. Quitte à se rendre sur l'archipel norvégien du Svalbard, où il visite des mines désaffectées pour aborder les conséquences du réchauffement climatique, ou dans le dédale de la ville marocaine de Fès, d'où il explique l'apprentissage de l'orientation. Hyperactif, Léo Grasset ajoute également à son CV un livre - Le Coup de la girafe. Des savants dans la savane -, une BD réalisée avec son frère Colas - La Grande Aventure du sexe -, un court documentaire - Les Origines de la richesse - et la création du Vortex, l'émission Web coproduite par Arte et qui, depuis 2019, met en scène plusieurs vulgarisateurs scientifiques au sein d'une coloc. Sept ans après l'enregistrement de ses premières vidéos dans une petite chambre de Chiang Mai, en Thaïlande, le Français cumule aujourd'hui 1,8 million d'abonnés sur DirtyBiology. S'il assure moins s'intéresser aux likes qu'à l'impact qu'il pourrait avoir "à son échelle" sur le monde, Grasset attire de nombreux regards, et pas toujours les plus vertueux. Fin mai, l'obscure entreprise Fazze lui a proposé une opération de communication bien singulière. Contre une rémunération de son choix par un client anonyme, Léo devait diffuser une vidéo dans laquelle il affirmait "avec emphase" que le taux de mortalité du vaccin Pfizer était trois fois supérieur à celui d'AstraZeneca. Sans mentionner l'existence d'un partenariat, le vidéaste aurait dû "s'interroger" sur la non-diffusion de cette information par les médias de masse et diriger ses followers vers un tableau d'explication de ces chiffres. Interloqué, Léo Grasset a un peu entretenu l'échange avant de tout balancer sur Twitter. Derrière, il a découvert que l'adresse censée héberger l'entreprise, à Londres, est en réalité celle d'un centre d'esthétique. D'autres Youtubeurs ont également été approchés, comme l'Allemand Mirko Drotschmann et les Français Sami Ouladitto et Amine (Et ça se dit médecin), persuadé, a-t-il lancé sur France TV, qu'"il n'y avait aucune chance que l'on accepte. [...] Maintenant, on est peut-être tombés dans leur truc. [...] Un bad buzz, c'est un buzz." Au profit de qui? Certains comparent ce dénigrement de Pfizer aux stratégies de communication autour de la campagne du vaccin Spoutnik V, produit par un laboratoire russe. Le site Fact & Furious démontre d'ailleurs que Fazze est une filiale du holding anglais Adnow international, fondé par le Russe Vladimir Bashkin. Aucun autre lien n'a jusqu'ici été découvert et Fazze a entre-temps fait table rase de ses informations online, comptes de ses employés sur LinkedIn compris. Mais l'alerte a été donnée. C'est peut-être ça, avoir un vrai impact sur le monde.