Les memorandums d'accord mettent en place des mesures pour collaborer dans la lutte contre la contrebande de tabac, entre polices, ainsi qu'en matière de droits des travailleurs et d'environnement. De plus des commissions conjointes se réuniront régulièrement pour échanger des informations dans ces domaines.

Ces textes ne sont valables que pour la période de transition, en principe jusqu'à fin 2020, qui s'ouvrira si le parlement britannique approuve l'accord de Brexit négocié entre Londres et les 27. Mais ils représentent une éclaircie dans les rapports souvent tendus entre Madrid et Gibraltar.

"Ces memorandums reflètent notre volonté commune de travailler dans un esprit de confiance et de solidarité", a déclaré le gouvernement britannique dans un communiqué.

Ils ne portent pas sur la question délicate de la souveraineté.

L'Espagne revendique depuis longtemps ce territoire de 6,2 km2 à l'extrémité sud de la péninsule ibérique qu'elle a cédé en 1713 à la couronne britannique. Gibraltar en revanche, avec ses 30.000 habitants, veut rester britannique.

Les relations entre les deux sont difficiles et se souvent traduites par des tensions à la frontière. Après une furieuse dispute sur le tracé des eaux territoriales, Madrid a renforcé les contrôles frontaliers en 2013, provoquant d'interminables embouteillages et obligeant la Commission européenne à intervenir pour calmer le jeu.

Mais le Brexit a amené les gouvernements d'Espagne, de Gibraltar et du Royaume-Uni à la table de négociation pour régler des différends de longue date.

Gibraltar s'est ainsi engagé à augmenter progressivement le prix du tabac et des cigarettes pour décourager les contrebandiers.

Les memorandums d'accord mettent en place des mesures pour collaborer dans la lutte contre la contrebande de tabac, entre polices, ainsi qu'en matière de droits des travailleurs et d'environnement. De plus des commissions conjointes se réuniront régulièrement pour échanger des informations dans ces domaines.Ces textes ne sont valables que pour la période de transition, en principe jusqu'à fin 2020, qui s'ouvrira si le parlement britannique approuve l'accord de Brexit négocié entre Londres et les 27. Mais ils représentent une éclaircie dans les rapports souvent tendus entre Madrid et Gibraltar."Ces memorandums reflètent notre volonté commune de travailler dans un esprit de confiance et de solidarité", a déclaré le gouvernement britannique dans un communiqué.Ils ne portent pas sur la question délicate de la souveraineté.L'Espagne revendique depuis longtemps ce territoire de 6,2 km2 à l'extrémité sud de la péninsule ibérique qu'elle a cédé en 1713 à la couronne britannique. Gibraltar en revanche, avec ses 30.000 habitants, veut rester britannique.Les relations entre les deux sont difficiles et se souvent traduites par des tensions à la frontière. Après une furieuse dispute sur le tracé des eaux territoriales, Madrid a renforcé les contrôles frontaliers en 2013, provoquant d'interminables embouteillages et obligeant la Commission européenne à intervenir pour calmer le jeu.Mais le Brexit a amené les gouvernements d'Espagne, de Gibraltar et du Royaume-Uni à la table de négociation pour régler des différends de longue date.Gibraltar s'est ainsi engagé à augmenter progressivement le prix du tabac et des cigarettes pour décourager les contrebandiers.