Rien ne va plus au gouvernement allemand. Depuis la montée du parti radical de droite Alternative für Deutschland, le paysage politique est très fragmenté. Par conséquent, la seule coalition bipartite possible est une coalition entre les sociaux-démocrates et les chrétiens-démocrates. Mais ces dernières années, la Große Koalition ressemble surtout à un mariage forcé. Les deux partis sont devenus si semblables que l'absence de solutions alternatives a poussé l'électeur aux extrémités du spectre politique.
...

Rien ne va plus au gouvernement allemand. Depuis la montée du parti radical de droite Alternative für Deutschland, le paysage politique est très fragmenté. Par conséquent, la seule coalition bipartite possible est une coalition entre les sociaux-démocrates et les chrétiens-démocrates. Mais ces dernières années, la Große Koalition ressemble surtout à un mariage forcé. Les deux partis sont devenus si semblables que l'absence de solutions alternatives a poussé l'électeur aux extrémités du spectre politique.Le gouvernement allemand se distingue par son manque de couleurs. C'est lié à la façon dont la chancelière Angela Merkel écarte ses adversaires. Pour ce faire, elle adopte structurellement les points de vue de ses opposants. Pensez à la manoeuvre de la chancelière Angela Merkel de mettre le mariage homosexuel à l'agenda du Parlement en pleine campagne électorale en 2017. Ce faisant, elle a sournoisement coupé l'herbe sous le pied au candidat chancelier social-démocrate de l'époque, Martin Schulz.Ce n'était pas la seule fois. En 2012, elle a opté pour une transition vers une énergie verte et en 2016, elle a co-approuvé le salaire minimum. Ainsi, d'autres partis ont perdu leur identité et l'Union est devenue le parti du peuple par excellence. Merkel ne s'inquiétait pas trop que le parti perde des voix, du moment qu'il restait loin devant les autres.Mais cela n'a pas empêché la Grande Coalition de s'embrouiller et de trébucher. Aussi n'est-il pas surprenant que seulement 31% des Allemands soient satisfaits du travail du gouvernement fédéral. Les sociaux-démocrates ne convainquent qu'une fraction de leur électorat traditionnel et assistent à la montée impitoyable de leurs concurrents verts. Les chrétiens-démocrates, avec 30% de l'électorat, sont mieux lotis, même s'ils sont nostalgiques de l'époque où le parti séduisait encore plus de 40% des Allemands.Crise identitaire socio-démocrate C'est pourquoi les autres partis désirent contre-attaquer. Le week-end dernier, le SPD a définitivement mis fin à la politique de l'ancien chancelier Gerhard Schröder. Le but était surtout de mettre fin au controversé Agenda 2010, auquel le parti s'est accroché si longtemps. La réforme du marché du travail de Schröder a augmenté et protégé l'emploi depuis 2003. Mais en même temps, le programme a accru les inégalités et les chômeurs de longue durée ont dû travailler pour un salaire d'un euro de l'heure.Le programme Hartz IV en particulier, du nom de l'ancien directeur de Volkswagen Peter Hartz, a suscité beaucoup de mécontentement, car il a permis de réduire considérablement les allocations de chômage depuis 2005. En conséquence, les conditions de vie sont devenues si précaires qu'en 2010, la Cour constitutionnelle allemande a obligé le gouvernement à augmenter les allocations. Une critique sans détour de la social-démocratie allemande.Les réformes de Schröder - qui aujourd'hui gagne un joli pactole en tant que patron d'un consortium de pipelines controversé - ont divisé les sociaux-démocrates pendant des années. Lorsque, au début de sa campagne électorale, Schulz aux côtés de Schröder, a fait valoir qu'il était temps que justice soit faite, on lui a ri au nez. À cet égard, de nombreux électeurs traditionnels, y compris la classe ouvrière, ont également choisi l'AfD ou le parti d'extrême gauche Die Linke.La direction du parti veut mettre un terme au cap mou de centre gauche. Ce n'est pas une coïncidence. En vue des élections du Parlement européen et de certaines élections d'État, le parti est en train d'être dépassé par ses collègues écologistes. De plus, l'opiniâtre Kevin Kühnert, président de la jeunesse, se révolte de plus en plus. Il veut que le parti défende à nouveau la classe ouvrière pour retrouver l'électeur instable.Le parti propose donc un salaire minimum de 12 euros par heure, afin d'accroître l'implication des salariés dans le monde des affaires et d'élargir les critères d'octroi des allocations chômage. En outre, le DOCUP souhaite impliquer les indépendants dans un régime de retraite, libérer davantage de fonds pour la reconversion des salariés et renforcer le cadre législatif du travail à domicile. Enfin, le SPD - à l'instar du Mouvement italien des cinq étoiles - prône un revenu de base pour les chômeurs de longue durée. Cette dernière idée a été accueillie favorablement par plus de 60% des Allemands lors d'une enquête - un pourcentage dont le SPD ne peut que rêver.Une politique de migration plus stricte La semaine dernière, la CDU a également opté pour un changement de cap explicite. Pour la première fois, les tout nouveaux présidents du parti, Annegret Kram-Karrenbauer (CDU) et Markus Söder (CSU) ont discuté ensemble du thème controversé de la migration. Au cours des trois dernières années, la question des réfugiés a été un véritable sujet de division pour les partis, qui a culminé dans lors d'un duel entre Merkel et Horst Seehofer, ancien président du CSU.Avant l'été 2016, Merkel a considérablement renforcé la législation sur l'intégration et l'asile, ce qui a contraint le président de la N-VA Bart De Wever à déclarer que le gouvernement allemand était déjà de retour dans la ligne de son parti. Mais Merkel véhicule toujours l'image que ces dernières années, elle a simplement ouvert les portes aux réfugiés et causé des dommages irréparables à l'Allemagne provinciale. L'AfD d'extrême droite en a considérablement profité et flirte dans les sondages pour les élections du Parlement européen avec un peu moins de 13% du total des voix.Annegret Kramp-Karrenbauer, également connue sous le nom d'AKK, veut se démarquer clairement de son prédécesseur. De cette façon, elle essaie de resserrer les rangs de la CSU et de donner un nouveau visage au parti. Sans offenser nommément la chancelière Angela Merkel, il a été décidé que la politique des réfugiés de 2015 ne devrait pas se répéter. Dans les médias allemands, Merkel est comparée au personnage de Harry Potter Voldemort dont on ne peut prononcer le nom.À la maison Konrad Adenauer à Berlin, les deux partis ont décidé qu'en cas de crise majeure de réfugiés, les frontières pourraient être fermées, ce à quoi Mme Merkel s'oppose avec ferveur, car elle ne veut pas compromettre l'espace Schengen européen. À cela s'ajoute que le parti souhaite augmenter de manière significative le nombre de pays sûrs où les migrants ne peuvent pas demander l'asile. L'Union souhaite également que ceux qui transmettent délibérément des informations erronées lors d'une demande d'asile soient sanctionnés immédiatement.Lutte électorale Cependant, l'Union, en coalition avec les sociaux-démocrates, aura du mal à mettre ces propositions en pratique. D'autres États membres européens n'autoriseront pas les centres de transit à la frontière allemande. En outre, Die Grünen ont déjà bloqué la proposition de considérer les États d'Afrique du Nord et d'Europe de l'Est comme des pays sûrs au Bundesrat, la Seconde Chambre allemande qui abrite les représentants des Länder. Il en va de même pour les propositions des sociaux-démocrates, qui n'ont pas été reçues très chaleureusement.Néanmoins, il règne en Allemagne un sentiment de soulagement à présent que les deux partis se dressent à nouveau ouvertement l'un contre l'autre. La question est de savoir si de tels conflits exerceront une pression sur l'avenir de la Grande Coalition. Pour la première fois depuis longtemps, les propositions ambitieuses des deux partis suscitent de nouvelles attentes positives. Il est difficile pour les deux partis de se permettre de réprimer ces attentes au moyen d'un compromis incolore.Les sociaux-démocrates risquent de se prendre une gifle aux prochaines élections dans l'est du pays. Cela les obligera à continuer à défendre leurs nouvelles positions plus radicales. Si les élections du Parlement européen n'apportent pas non plus de solution, il n'est pas inconcevable que la direction du parti, sous la pression de la base, décide de mettre un terme à tout cela. Cela pourrait mettre un terme à la carrière de la chancelière Merkel, mais plus encore à la balise stable que l'Allemagne a été pour l'Union européenne au cours de la dernière décennie.