Pourtant, Alexandre Loukachenko, président de l'ex-république soviétique depuis un quart de siècle, disait vouloir un rapprochement avec l'Union européenne qui lui reproche justement son bilan en la matière.

"Ces élections ont démontré un manque de respect général à l'égard des engagements démocratiques", a dénoncé Margareta Cederfelt, la cheffe des 400 observateurs électoraux de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Elle a critiqué de manière plus générale les restrictions aux "libertés fondamentales" dans ce pays dirigé d'un main de fer par Alexandre Loukachenko depuis 1994.

Dès dimanche, l'opposition, qui comptait deux élus lors de la précédente assemblée des représentants, a dénoncé des fraudes massives. Les principaux opposants, notamment les deux seuls élus sortants, ont été exclus du scrutin.