Quelque 2.200 personnes ont ensuite vu la version conservée sur Twitch, avant qu'elle ne soit supprimée, a précisé la plateforme spécialisée dans les jeux vidéo et l'e-sport, dans plusieurs tweets. Elle a ajouté que la vidéo a ensuite été partagée "de manière coordonnée" par le biais de messageries tierces. Selon Twitch, le compte sur lequel le tireur a diffusé son attaque a été créé il y a deux mois environ. Sur ce compte, il n'y avait eu qu'un seul essai de retransmission en direct avant l'attaque de mercredi. "Nous avons fait au plus vite pour retirer ce contenu, et nous suspendrons tous les comptes qui posteront ou reposteront des images de cet acte abominable", a indiqué une porte-parole de Twitch interrogée par l'AFP. "Une fois la vidéo éliminée, nous avons partagé l'information avec un consortium de notre secteur d'activité pour aider à prévenir la prolifération de ce contenu. Nous prenons cela très au sérieux et nous nous engageons à travailler avec nos pairs, les forces de l'ordre et toutes les parties prenantes pour protéger notre communauté", souligne Twitch.

L'attaque a aussi fait deux blessés grave. Le modus operandi du tireur de Halle fait penser à celui de l'auteur de l'attentat contre deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande en mars, un Australien d'extrême droite, qui avait fait 51 morts. Brenton Tarrant avait réussi à diffuser son attaque en direct pendant quelque 17 minutes sur Facebook, avant que le premier réseau social du monde n'arrive à stopper la transmission. Ce très long délai avait valu à Facebook de très virulentes critiques. Depuis, le réseau social de Mark Zuckerberg a pris plusieurs initiatives pour éviter qu'une telle chose ne se reproduise.