L'accord devrait entrer en vigueur probablement en début d'été prochain, a annoncé le Conseil, après ratification par le parlement vietnamien.

La présidence tournante croate du Conseil présente cet accord de libre-échange comme "le plus ambitieux jamais conclu avec un pays en développement", qui va offrir à l'Europe "de nouveaux débouchés commerciaux". Des associations de défense des droits de l'homme et de l'environnement voient d'un autre oeil cet accord privilégié avec un pays dirigé par un Parti unique communiste où il est question de censure, de répression du militantisme pacifique et où la peine de mort est encore en vigueur. Mais, pour les partisans de l'ALE, l'accord permettra justement de créer "de nouveaux outils pour stimuler le respect des libertés fondamentales et des droits du travail au Viêt Nam", comme le rappelle lundi le ministre croate des Affaires étrangères et européennes Gordan Grlic Radman.

Dès son entrée en vigueur, l'accord éliminera une grande part des droits de douane sur les échanges commerciaux entre les deux parties, pour parvenir à plus long terme à un abandon quasi complet de ces droits.

Il devrait aussi permettre à des entreprises européennes d'entrer dans la course pour des marchés publics vietnamiens.

L'accord de protection des investissements (API) UE-Vietnam, voté en même temps que l'ALE au Parlement européen, doit quant à lui passer par le feu vert des parlements de chaque Etat membre.

L'accord devrait entrer en vigueur probablement en début d'été prochain, a annoncé le Conseil, après ratification par le parlement vietnamien.La présidence tournante croate du Conseil présente cet accord de libre-échange comme "le plus ambitieux jamais conclu avec un pays en développement", qui va offrir à l'Europe "de nouveaux débouchés commerciaux". Des associations de défense des droits de l'homme et de l'environnement voient d'un autre oeil cet accord privilégié avec un pays dirigé par un Parti unique communiste où il est question de censure, de répression du militantisme pacifique et où la peine de mort est encore en vigueur. Mais, pour les partisans de l'ALE, l'accord permettra justement de créer "de nouveaux outils pour stimuler le respect des libertés fondamentales et des droits du travail au Viêt Nam", comme le rappelle lundi le ministre croate des Affaires étrangères et européennes Gordan Grlic Radman. Dès son entrée en vigueur, l'accord éliminera une grande part des droits de douane sur les échanges commerciaux entre les deux parties, pour parvenir à plus long terme à un abandon quasi complet de ces droits. Il devrait aussi permettre à des entreprises européennes d'entrer dans la course pour des marchés publics vietnamiens. L'accord de protection des investissements (API) UE-Vietnam, voté en même temps que l'ALE au Parlement européen, doit quant à lui passer par le feu vert des parlements de chaque Etat membre.