L'OTAN tient son premier sommet avec le président américain Joe Biden. La tâche sera-t-elle facile, à présent que le trublion Trump est parti ?
...

L'OTAN tient son premier sommet avec le président américain Joe Biden. La tâche sera-t-elle facile, à présent que le trublion Trump est parti ?Jens Stoltenberg : Absolument pas. Mais nous avons la possibilité d'ouvrir un nouveau chapitre dans les relations transatlantiques.Trump a qualifié l'OTAN de dépassée et a même émis des doutes sur la volonté des États-Unis d'aider leurs alliés en cas d'attaque. Les paroles chaleureuses du premier sommet avec Biden suffiront-elles à redonner de la crédibilité à l'OTAN ?Nous préparerons l'OTAN pour l'avenir. Plus précisément, l'OTAN élargira sa conception de la sécurité et renforcera sa résilience - et pourra ainsi, par exemple, mieux protéger les infrastructures critiques. Nous allons également améliorer nos défenses contre les cybermenaces. En outre, nous nous attaquerons plus intensivement aux effets du changement climatique qui ont des répercussions sur la sécurité et réduirons les émissions militaires. Nous améliorerons également la formation militaire des partenaires qui ne font pas partie de l'alliance et nous étendrons nos partenariats - avec l'UE, mais aussi dans la région du Pacifique.La stratégie "OTAN 2030" qui sera adoptée lors du sommet met en garde contre l'ascension du "rival systémique" qu'est la Chine. Pékin deviendra-t-il un adversaire encore plus dangereux que Moscou ?Nous ne considérons pas la Chine comme un adversaire ou un ennemi, mais son essor représente le plus grand défi de notre époque en matière de sécurité.Que voulez-vous dire par là ?La Chine sera bientôt la première économie du monde et possède déjà le deuxième budget de défense et la plus grande marine. Pékin investit massivement dans des capacités militaires de pointe, telles que l'intelligence artificielle et les systèmes autonomes. Mais la Chine ne partage pas nos valeurs. Le gouvernement contrôle son peuple d'une manière que le monde ne connaît pas encore. L'État réprime les manifestations pacifiques à Hong Kong, persécute les minorités telles que les Ouïgours, menace les pays voisins comme Taïwan et restreint la liberté de navigation dans la mer de Chine méridionale. En même temps, la Chine se rapproche et tente de prendre le contrôle d'infrastructures cruciales en Europe, telles que les ports, les aéroports ou les réseaux d'électricité.Dans les démocraties occidentales, les systèmes d'armes autonomes et l'utilisation militaire de l'intelligence artificielle sont controversés pour des raisons éthiques, même s'ils sont en cours de développement. Les autocraties comme la Russie et la Chine sont-elles avantagées à cet égard ?Bien entendu, les considérations éthiques sont ici très importantes. Mais nous devons continuer à développer ces technologies, ne serait-ce que parce que nos adversaires potentiels le font aussi, et à grande échelle. En même temps, le moment est venu de conclure de nouveaux accords sur le contrôle des armements afin de réglementer les nouvelles technologies, telles que l'intelligence artificielle.Cet appel a déjà été lancé à de nombreuses reprises, mais en vain.Je ne dis pas que ce sera facile. Ce n'était pas facile non plus avec les armes nucléaires, et pourtant nous avons réussi à conclure des traités de contrôle des armements de grande portée. Et je ne vois pas d'autre moyen de le faire. Si nous devions désarmer unilatéralement, cela ne rendrait pas le monde plus sûr, mais rendrait les attaques contre nous plus probables.