"Je veux simplement dire à quel point je suis reconnaissant à tous les partis, à tout le monde ici en Irlande du Nord pour la façon dont ils ont fait des compromis", a déclaré M. Johnson après s'être entretenu avec la nouvelle Première ministre unioniste Arlene Foster (DUP) et la vice-Première ministre républicaine Michelle O'Neill (Sinn Fein), nommées samedi lors de la reprise des travaux de l'Assemblée.

L'Irlande du Nord s'est dotée d'institutions politiques en ordre de marche samedi, au lendemain d'un accord conclu entre unionistes et républicains pour rétablir une gouvernance partagée dont la province britannique était privée depuis la chute du gouvernement dans un scandale politico-financier en 2017.

La promesse d'un "très bel avenir"

Le DUP et le Sinn Fein doivent se partager la gouvernance en vertu de l'accord de paix du Vendredi saint de 1998, qui a mis un terme aux "Troubles" entre républicains (majoritairement catholiques) et unionistes (surtout protestants) ayant fait près de 3.500 morts en 30 ans.

"Cela montre une volonté de se faire mutuellement confiance et de mettre de côté les différences et je pense que c'est absolument louable et merveilleux à voir", a déclaré Boris Johnson qui a prédit qu'avec "de la bonne volonté, des compromis et du travail acharné de tous côtés, (l'Irlande du Nord) aura un très bel avenir". Le dirigeant conservateur avait salué auparavant via un communiqué un "moment historique pour le peuple d'Irlande du Nord".

Il a rencontré à Stormont, nom de l'assemblée nord-irlandais, le Premier ministre irlandais Leo Varadkar qui s'est aussi rendu sur place lundi pour marquer le rétablissement des institutions.

"Je veux simplement dire à quel point je suis reconnaissant à tous les partis, à tout le monde ici en Irlande du Nord pour la façon dont ils ont fait des compromis", a déclaré M. Johnson après s'être entretenu avec la nouvelle Première ministre unioniste Arlene Foster (DUP) et la vice-Première ministre républicaine Michelle O'Neill (Sinn Fein), nommées samedi lors de la reprise des travaux de l'Assemblée. L'Irlande du Nord s'est dotée d'institutions politiques en ordre de marche samedi, au lendemain d'un accord conclu entre unionistes et républicains pour rétablir une gouvernance partagée dont la province britannique était privée depuis la chute du gouvernement dans un scandale politico-financier en 2017.Le DUP et le Sinn Fein doivent se partager la gouvernance en vertu de l'accord de paix du Vendredi saint de 1998, qui a mis un terme aux "Troubles" entre républicains (majoritairement catholiques) et unionistes (surtout protestants) ayant fait près de 3.500 morts en 30 ans."Cela montre une volonté de se faire mutuellement confiance et de mettre de côté les différences et je pense que c'est absolument louable et merveilleux à voir", a déclaré Boris Johnson qui a prédit qu'avec "de la bonne volonté, des compromis et du travail acharné de tous côtés, (l'Irlande du Nord) aura un très bel avenir". Le dirigeant conservateur avait salué auparavant via un communiqué un "moment historique pour le peuple d'Irlande du Nord".Il a rencontré à Stormont, nom de l'assemblée nord-irlandais, le Premier ministre irlandais Leo Varadkar qui s'est aussi rendu sur place lundi pour marquer le rétablissement des institutions.