Les élections européennes de mai prochain pourraient annoncer un grand bouleversement au Parlement européen. Les deux grandes familles politiques de l'hémicycle européen, le PPE (Parti populaire européen) et le S&D (Alliance progressiste des socialistes et démocrates), devraient perdre leur majorité pour la première fois en 40 ans d'élections directes.
...

Les élections européennes de mai prochain pourraient annoncer un grand bouleversement au Parlement européen. Les deux grandes familles politiques de l'hémicycle européen, le PPE (Parti populaire européen) et le S&D (Alliance progressiste des socialistes et démocrates), devraient perdre leur majorité pour la première fois en 40 ans d'élections directes. Guy Verhofstadt, chef de file de l'ADLE (Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe) depuis 2009, craint que les partis populistes et nationalistes n'obtiennent de bons résultats aux élections. Il déclare à plusieurs médias internationaux, dont The Guardian, qu'il s'agit de la "dernière chance" pour les centristes pro-européens de gagner du terrain sur les nationalistes et les populistes avant le prochain scrutin de 2024. Guy Verhofstadt craint que l'Union doive faire face à un "cauchemar populiste-nationaliste" d'ici cinq ans. Il considère que la structure européenne a besoin d'une refonte si elle veut avoir une chance d'obtenir un soutien de la population. Cette réforme doit notamment concerner une meilleure gestion de la zone euro, ainsi que des politiques migratoires et de défense communes. "Rien n'est éternel. Les institutions politiques ne sont pas éternelles. Réformer est notre devoir... et si nous échouons, alors la tragédie, le cauchemar deviendra réalité", confie-t-il. L'ancien Premier ministre belge approuve notamment la "renaissance européenne" promue par le Président français Emmanuel Macron. L'arrivée attendue des députés de la République en Marche permettrait d'étoffer le groupe parlementaire, une force politique "réformiste et centriste et pro-européenne" nécessaire selon lui comme alternative aux nationalistes.