Cet arrêté fait suite à la dernière journée de mobilisation de ces opposants à la politique économique et sociale du président Emmanuel Macron, samedi dernier, qui avait donné lieu à des affrontements avec les forces de l'ordre et des pillages de boutiques sur cette célèbre artère de la capitale française. "Il existe des raisons sérieuses de penser que ces violences et dégradations sont susceptibles de se reproduire à l'occasion des rassemblements annoncés" ce samedi, selon cet arrêté signé par le nouveau préfet de Paris Didier Lallement, dont le prédécesseur a été limogé à la suite des violences.

Les rassemblements de "gilets jaunes" seront donc interdits "avenue des Champs-Elysées sur des portions de 100 m dans les rues transversales qui y mènent, ainsi que sur le plateau de l'Etoile et dans un périmètre comprenant la présidence de la République et l'Assemblée Nationale", a précisé la préfecture dans un communiqué.

La circulation des véhicules sera par ailleurs interdite dans le secteur du palais de l'Elysée dès 05H00 GMT samedi. Les contrevenants s'exposeront à une contravention pour "participation à une manifestation interdite" dont le montant a été porté jeudi de 38 à 135 euros, a averti la police.

L'arrêté prévoit également l'"interdiction du port et du transport d'armes" y compris factices, des "munitions", ainsi que de "tous objets susceptibles de constituer une arme". Les objets "destinés à dissimuler tout ou partie du visage afin de ne pas être identifié" et les "équipements de protection destinés à mettre en échec tout ou partie des moyens utilisés par les représentants de la force publique pour le maintien de l'ordre public" seront également prohibés. Seront aussi interdits dans le secteur, les "artifices de divertissement" et "articles pyrotechniques", ainsi que le transport de "substances dangereuses".

Hors de ces périmètres, "le droit de manifester, qui est une liberté fondamentale, pourra s'exercer librement", précise la préfecture mais "tout attroupement donnant lieu à des débordements sera immédiatement dispersé". Un groupe de "gilets jaunes" dit avoir déclaré en préfecture le parcours d'une manifestation qui doit relier samedi Denfert-Rochereau, au sud de Paris, au Sacré-Coeur, au nord.

Cet arrêté fait suite à la dernière journée de mobilisation de ces opposants à la politique économique et sociale du président Emmanuel Macron, samedi dernier, qui avait donné lieu à des affrontements avec les forces de l'ordre et des pillages de boutiques sur cette célèbre artère de la capitale française. "Il existe des raisons sérieuses de penser que ces violences et dégradations sont susceptibles de se reproduire à l'occasion des rassemblements annoncés" ce samedi, selon cet arrêté signé par le nouveau préfet de Paris Didier Lallement, dont le prédécesseur a été limogé à la suite des violences.Les rassemblements de "gilets jaunes" seront donc interdits "avenue des Champs-Elysées sur des portions de 100 m dans les rues transversales qui y mènent, ainsi que sur le plateau de l'Etoile et dans un périmètre comprenant la présidence de la République et l'Assemblée Nationale", a précisé la préfecture dans un communiqué.La circulation des véhicules sera par ailleurs interdite dans le secteur du palais de l'Elysée dès 05H00 GMT samedi. Les contrevenants s'exposeront à une contravention pour "participation à une manifestation interdite" dont le montant a été porté jeudi de 38 à 135 euros, a averti la police.L'arrêté prévoit également l'"interdiction du port et du transport d'armes" y compris factices, des "munitions", ainsi que de "tous objets susceptibles de constituer une arme". Les objets "destinés à dissimuler tout ou partie du visage afin de ne pas être identifié" et les "équipements de protection destinés à mettre en échec tout ou partie des moyens utilisés par les représentants de la force publique pour le maintien de l'ordre public" seront également prohibés. Seront aussi interdits dans le secteur, les "artifices de divertissement" et "articles pyrotechniques", ainsi que le transport de "substances dangereuses". Hors de ces périmètres, "le droit de manifester, qui est une liberté fondamentale, pourra s'exercer librement", précise la préfecture mais "tout attroupement donnant lieu à des débordements sera immédiatement dispersé". Un groupe de "gilets jaunes" dit avoir déclaré en préfecture le parcours d'une manifestation qui doit relier samedi Denfert-Rochereau, au sud de Paris, au Sacré-Coeur, au nord.