Le "pass sanitaire" français contre le Covid-19 restreint l'accès à de nombreux lieux publics comme les bars, cafés, cinémas ou transports de longue distance. Il est délivré aux personnes totalement vaccinées ou présentant un test négatif récent.

Ce pass conditionne depuis le 9 août l'accès à nombre d'espaces de sociabilité, comme les bars et les restaurants. Depuis le 30 août, il est aussi imposé aux 1,8 millions de salariés en contact du public.

Le projet de loi a été adopté avec seulement 10 voix d'écart par 135 voix pour et 125 contre au bout de deux jours de débats à l'Assemblée nationale, régulièrement marqués par des passes d'armes et invectives dans l'hémicycle. Le texte doit encore être examiné par le Sénat, le 28 octobre.

Avec cette mesure, l'objectif du gouvernement est d'inciter les 26,5% des Français qui n'ont pas encore eu leurs deux doses à se faire vacciner.

Des manifestations ont lieu tous les samedis en France depuis l'instauration du pass sanitaire, rassemblant jusqu'à 237.000 personnes au plus fort de la mobilisation, mais l'opposition a faibli ces dernières semaines.

Le "pass sanitaire" français contre le Covid-19 restreint l'accès à de nombreux lieux publics comme les bars, cafés, cinémas ou transports de longue distance. Il est délivré aux personnes totalement vaccinées ou présentant un test négatif récent.Ce pass conditionne depuis le 9 août l'accès à nombre d'espaces de sociabilité, comme les bars et les restaurants. Depuis le 30 août, il est aussi imposé aux 1,8 millions de salariés en contact du public.Le projet de loi a été adopté avec seulement 10 voix d'écart par 135 voix pour et 125 contre au bout de deux jours de débats à l'Assemblée nationale, régulièrement marqués par des passes d'armes et invectives dans l'hémicycle. Le texte doit encore être examiné par le Sénat, le 28 octobre.Avec cette mesure, l'objectif du gouvernement est d'inciter les 26,5% des Français qui n'ont pas encore eu leurs deux doses à se faire vacciner.Des manifestations ont lieu tous les samedis en France depuis l'instauration du pass sanitaire, rassemblant jusqu'à 237.000 personnes au plus fort de la mobilisation, mais l'opposition a faibli ces dernières semaines.