Le ballon ne roule pas encore, que le coronavirus a déjà touché des sélections participantes, dont l'Espagne et la Suède. C'est lui qui a aussi reporté d'un an la compétition paneuropéenne, initialement prévue en 2020.

S'il planera une menace sanitaire jusqu'à la finale le 11 juillet, au stade Wembley de Londres, l'UEFA a annoncé un été de liesse dans les tribunes, dans les onze pays hôtes.

Ainsi, au Stadio olimpico, 15.000 à 16.000 spectateurs sont attendus pour la rencontre inaugurale, soit environ 25% de la jauge de la vénérable enceinte romaine, qui n'a pas été autant garnie depuis plus d'un an.

Dans la capitale italienne, deux écrans géants ont pris place sur la Piazza del Popolo, ainsi que d'autres installations destinées aux fans, chouchoutés après une année passée devant leur télévision.

Sur le terrain, la Nazionale espère répondre aux attentes grandissantes autour d'elle, certains voyant un potentiel vainqueur chez les coéquipiers de Marco Verratti.

"Cela fait un an qu'on attend de commencer cette aventure, on doit se battre pour ramener l'Italie où elle mérite d'être", a lancé le défenseur Leonardo Bonucci.

Pour leur première compétition internationale en cinq ans - ils ont raté le Mondial-2018 -, les Italiens restent sur une série de 27 matches sans défaite, mais sans avoir affronté de vrais cadors.

Alors que l'Europe aura les yeux rivés sur Rome, l'occasion est belle pour l'Italie de montrer qu'elle est de retour, face à la Turquie du buteur lillois Burak Yilmaz, à la réputation de poil à gratter.

Le coup d'envoi sera précédé par une cérémonie d'ouverture, simplifiée en raison du contexte sanitaire, animée par le ténor Andrea Bocelli, et une performance virtuelle de Martin Garrix, Bono et The Edge.

- tensions entre Moscou et Kiev -

Les légendes italiennes du "calcio" Alessandro Nesta et Francesco Totti seront également là, pour transmettre le ballon de l'Euro, baptisé "Uniforia", la contraction des mots "unité" et "euphorie", un joli résumé de ce que le tournoi promet.

Pourtant, à l'opposée de ces bonnes intentions, les jours précédant le coup d'envoi ont été marqués par l'annonce de tests positifs au coronavirus, et une polémique opposant la Russie à l'Ukraine.

Après les protestations de Moscou, l'UEFA a imposé jeudi la modification du maillot ukrainien, en raison d'un slogan ("Gloire à nos héros") présent à l'intérieur du col, et jugé politique par l'instance.

Kiev a répondu en assurant qu'elle "négociait" avec l'UEFA pour garder inchangé le maillot.

L'Ukraine entre en lice dimanche face aux Pays-Bas à Amsterdam, un jour après la Russie, opposée à la Belgique à Saint-Pétersbourg.

Pour la France, championne du monde en titre, il faudra attendre le mardi 15 juin, et le choc face à l'Allemagne, à Munich, pour voir Kylian Mbappé et consorts lancer leur mission conquête, cinq ans après le crève-coeur de la finale perdue à domicile face au Portugal (1-0 a.p.).

Le ballon ne roule pas encore, que le coronavirus a déjà touché des sélections participantes, dont l'Espagne et la Suède. C'est lui qui a aussi reporté d'un an la compétition paneuropéenne, initialement prévue en 2020.S'il planera une menace sanitaire jusqu'à la finale le 11 juillet, au stade Wembley de Londres, l'UEFA a annoncé un été de liesse dans les tribunes, dans les onze pays hôtes.Ainsi, au Stadio olimpico, 15.000 à 16.000 spectateurs sont attendus pour la rencontre inaugurale, soit environ 25% de la jauge de la vénérable enceinte romaine, qui n'a pas été autant garnie depuis plus d'un an.Dans la capitale italienne, deux écrans géants ont pris place sur la Piazza del Popolo, ainsi que d'autres installations destinées aux fans, chouchoutés après une année passée devant leur télévision.Sur le terrain, la Nazionale espère répondre aux attentes grandissantes autour d'elle, certains voyant un potentiel vainqueur chez les coéquipiers de Marco Verratti."Cela fait un an qu'on attend de commencer cette aventure, on doit se battre pour ramener l'Italie où elle mérite d'être", a lancé le défenseur Leonardo Bonucci.Pour leur première compétition internationale en cinq ans - ils ont raté le Mondial-2018 -, les Italiens restent sur une série de 27 matches sans défaite, mais sans avoir affronté de vrais cadors.Alors que l'Europe aura les yeux rivés sur Rome, l'occasion est belle pour l'Italie de montrer qu'elle est de retour, face à la Turquie du buteur lillois Burak Yilmaz, à la réputation de poil à gratter. Le coup d'envoi sera précédé par une cérémonie d'ouverture, simplifiée en raison du contexte sanitaire, animée par le ténor Andrea Bocelli, et une performance virtuelle de Martin Garrix, Bono et The Edge.- tensions entre Moscou et Kiev -Les légendes italiennes du "calcio" Alessandro Nesta et Francesco Totti seront également là, pour transmettre le ballon de l'Euro, baptisé "Uniforia", la contraction des mots "unité" et "euphorie", un joli résumé de ce que le tournoi promet.Pourtant, à l'opposée de ces bonnes intentions, les jours précédant le coup d'envoi ont été marqués par l'annonce de tests positifs au coronavirus, et une polémique opposant la Russie à l'Ukraine.Après les protestations de Moscou, l'UEFA a imposé jeudi la modification du maillot ukrainien, en raison d'un slogan ("Gloire à nos héros") présent à l'intérieur du col, et jugé politique par l'instance.Kiev a répondu en assurant qu'elle "négociait" avec l'UEFA pour garder inchangé le maillot. L'Ukraine entre en lice dimanche face aux Pays-Bas à Amsterdam, un jour après la Russie, opposée à la Belgique à Saint-Pétersbourg.Pour la France, championne du monde en titre, il faudra attendre le mardi 15 juin, et le choc face à l'Allemagne, à Munich, pour voir Kylian Mbappé et consorts lancer leur mission conquête, cinq ans après le crève-coeur de la finale perdue à domicile face au Portugal (1-0 a.p.).