A partir de minuit, les habitants des 14 localités du comté d'A Mariña, en Galice, ne pourront pas sortir de la zone, se réunir à plus de 10 personnes, et la capacité d'accueil des lieux clos sera révisée à la baisse, selon les autorités sanitaires.

Deux semaines après la levée du confinement sévère imposé au pays, il s'agit de la deuxième zone géographique à faire marche arrière. Samedi, a été reconfinée une zone autour de la ville de Lerida, en Catalogne (nord-est), comptant plus de 200.000 habitants.

"Actuellement, nous avons 106 cas positifs, ce qui représente une hausse de 21 cas depuis hier", a expliqué le responsable sanitaire régional, Jesus Vazquez, lors d'une conférence de presse à l'hôpital de Lugo, la capitale de la province concernée par le confinement.

"Il est nécessaire de nous isoler pour éviter une augmentation exponentielle du nombre de cas", a-t-il ajouté. Ces mesures ont été décidées pour au moins cinq jours, au terme desquels la situation sera réévaluée.

L'Espagne est l'un des pays les plus affectés par la pandémie de nouveau coronavirus, responsable d'au moins 28.385 morts sur son sol.

Mais les autorités estiment avoir réussi à contrôler la contagion après le sévère confinement de plus de trois mois de toute la population, levé le 21 juin. Elles surveillent néanmoins de près 50 foyers de contamination qui ont surgi un peu partout dans le pays.

A partir de minuit, les habitants des 14 localités du comté d'A Mariña, en Galice, ne pourront pas sortir de la zone, se réunir à plus de 10 personnes, et la capacité d'accueil des lieux clos sera révisée à la baisse, selon les autorités sanitaires. Deux semaines après la levée du confinement sévère imposé au pays, il s'agit de la deuxième zone géographique à faire marche arrière. Samedi, a été reconfinée une zone autour de la ville de Lerida, en Catalogne (nord-est), comptant plus de 200.000 habitants. "Actuellement, nous avons 106 cas positifs, ce qui représente une hausse de 21 cas depuis hier", a expliqué le responsable sanitaire régional, Jesus Vazquez, lors d'une conférence de presse à l'hôpital de Lugo, la capitale de la province concernée par le confinement. "Il est nécessaire de nous isoler pour éviter une augmentation exponentielle du nombre de cas", a-t-il ajouté. Ces mesures ont été décidées pour au moins cinq jours, au terme desquels la situation sera réévaluée. L'Espagne est l'un des pays les plus affectés par la pandémie de nouveau coronavirus, responsable d'au moins 28.385 morts sur son sol. Mais les autorités estiment avoir réussi à contrôler la contagion après le sévère confinement de plus de trois mois de toute la population, levé le 21 juin. Elles surveillent néanmoins de près 50 foyers de contamination qui ont surgi un peu partout dans le pays.