Cette annonce intervient juste avant une prise de parole à 20H00 d'Emmanuel Macron, qui devrait selon son entourage annoncer des couvre-feux dans plusieurs grandes villes de France, où l'épidémie s'emballe.

Ces couvre-feux -un "confinement nocturne", comme le qualifient certaines sources- pourrait être imposé de 21H00 (19H00 GMT) à 06H00 (04H00 GMT) dans les zones les plus touchées à partir de ce week-end, comme Paris et sa banlieue, Marseille, Lyon, Montpellier, Lille ou Toulouse.

L'état d'urgence sanitaire, qui avait été levé le 10 juillet, offre un cadre juridique permettant d'encadrer certaines restrictions allant jusqu'au confinement.

L'aggravation de l'épidémie, qualifiée de "catastrophe sanitaire", "justifie que l'état d'urgence sanitaire soit déclaré afin que les mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus puissent être prises", indique le compte-rendu du Conseil des ministres.

L'épidémie a fait plus de 32.000 morts en France.

Couvre-feu nocturne à Paris et dans huit grandes villes françaises

Le gouvernement français va instaurer un couvre-feu nocturne à Paris et dans huit grandes agglomérations, dont Marseille, Lyon et Grenoble. Cette mesure sera en vigueur de 21h00 à 06h00 durant au moins quatre semaines, a annoncé le président Emmanuel Macron.

Cette annonce intervient juste avant une prise de parole à 20H00 d'Emmanuel Macron, qui devrait selon son entourage annoncer des couvre-feux dans plusieurs grandes villes de France, où l'épidémie s'emballe.Ces couvre-feux -un "confinement nocturne", comme le qualifient certaines sources- pourrait être imposé de 21H00 (19H00 GMT) à 06H00 (04H00 GMT) dans les zones les plus touchées à partir de ce week-end, comme Paris et sa banlieue, Marseille, Lyon, Montpellier, Lille ou Toulouse.L'état d'urgence sanitaire, qui avait été levé le 10 juillet, offre un cadre juridique permettant d'encadrer certaines restrictions allant jusqu'au confinement.L'aggravation de l'épidémie, qualifiée de "catastrophe sanitaire", "justifie que l'état d'urgence sanitaire soit déclaré afin que les mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus puissent être prises", indique le compte-rendu du Conseil des ministres.L'épidémie a fait plus de 32.000 morts en France.