Dans ce discours qu'il doit prononcer au cours de la matinée, le chef du gouvernement reconnaît que la plupart des dirigeants de grandes entreprises "ne voulaient pas du Brexit" mais qu'à présent leur principale préoccupation est d'en finir avec l'incertitude d'un interminable processus de sortie de l'Union européenne.

Il promet en cas de victoire au scrutin du 12 décembre "une baisse des taxes immobilières sur les entreprises. Une baisse des taxes patronales. La contribution à l'assurance maladie nationale va baisser de 1.000 livres pour plus d'un demi millions d'employeurs", d'après des extraits de son discours reçus par l'AFP.

Le chef des conservateurs envisage aussi une diminution des impôts sur les nouvelles constructions et une augmentation des crédits d'impôts sur les activités de recherche et développement.

La presse britannique évalue à 1 milliard de livres le montant des baisses d'impôts pour les entreprises.

Son principal rival aux élection, le leader du parti travailliste Jeremy Corbyn, qui fait campagne sur un programme très à gauche, compte de son côté présenter aux membres du patronat réunis à la conférence annuelle du CBI à Londres des aides pour financer des "apprentis du climat".

Les travaillistes projettent 320.000 apprentis "du climat" en Angleterre pendant un premier mandat, afin de lutter contre "une grave pénurie de qualifications en Grande-Bretagne" qui va "continuer à croître à cause de l'automatisation (de beaucoup de métiers) et avec la nécessaire réponse au changement climatique".

Ces programmes d'apprentis seraient financés à partir de fonds déjà mis de côté pour l'apprentissage dans les entreprises, et en incluant une partie des dividendes qui dépasseraient une limite de versements autorisée par le gouvernement "Labour" s'il arrive au pouvoir, pour un total de 700 millions de livres d'ici 2024.

Le patronat britannique a appelé dimanche, à la veille de son congrès annuel, les partis en campagne pour les législatives anticipées à éviter "une nouvelle année gâchée par la paralysie politique" après trois ans et demi de crise du Brexit.

La grand-messe annuelle de la CBI, (Confederation of British Industry) réunit traditionnellement les principaux leaders politiques. La dirigeante du parti des libéraux-démocrates (centre) Jo Swinson doit aussi y prononcer un discours lundi.