Les citoyens britanniques devront se rendre aux urnes dans deux semaines, le 12 décembre. Un scrutin qui divise et qui prend des airs de referendum sur des questions brûlantes dans le pays, comme l'immigration, les services publics ou encore le Brexit. Dans la course aux législatives, Boris Johnson a fait de la mise en oeuvre du Brexit l'axe principal de sa campagne. Il s'est engagé dans son programme à le réaliser sa...

Les citoyens britanniques devront se rendre aux urnes dans deux semaines, le 12 décembre. Un scrutin qui divise et qui prend des airs de referendum sur des questions brûlantes dans le pays, comme l'immigration, les services publics ou encore le Brexit. Dans la course aux législatives, Boris Johnson a fait de la mise en oeuvre du Brexit l'axe principal de sa campagne. Il s'est engagé dans son programme à le réaliser sans faute le 31 janvier, date à laquelle il est désormais prévu après trois reports.Selon un sondage mené par YouGov, les conservateurs obtiendraient une majorité plus que confortable, avec 68 sièges de marge, si l'élection avait lieu aujourd'hui. Les Tories sont crédités de 359 sièges (+42 par rapport à 2017). Ce serait la meilleure performance depuis 1987, confiant ainsi à BoJo le plus grand succès électoral de son parti depuis Margaret Thatcher. Le Labour n'obtiendrait que 211 sièges (-51), toujours selon l'enquête d'opinion, perdant 44 circonscriptions historiquement travaillistes au profit de leur principal rival politique. Ces pertes devraient se produire principalement dans le nord de l'Angleterre et dans les Midlands et sont liées par les chercheurs à la manière dont les circonscriptions ont voté lors du référendum de 2016 sur la sortie de l'Union européenne. Cela a entraîné des "fissures dans leur mur rouge", précise l'institut Un véritable camouflet annoncé pour Jeremy Corbyn, de plus en plus controversé.Parmi les plus petites formations représentées à la Chambre des communes, les nationalistes écossais du SNP progresseraient de 8 sièges à 43. L'avancée serait bien plus modeste pour les libéraux-démocrates (+1 à 13) alors que les nationalistes gallois de Plaid Cymru (4) et les Verts (1) maintiendraient le statu quo.L'institut de sondage en question est très estimé dans le monde politico-médiatique britannique. Sa méthodologie avait déjà prédit le Parlement sans majorité après les résultats de l'élection générale de 2017, à contre-courant des autres instituts de sondage. En tout, près de 100.000 personnes ont été sondées sur leur intention de vote.