Si le ministre des Affaires étrangères devait être proposé par le gouvernement fédéral, il y aurait deux libéraux francophones belges dans les hauts postes exécutifs européens: M. Reynders et le Premier ministre, Charles Michel, qui deviendra président du Conseil européen le 1er décembre, a-t-elle fait remarquer.

"Avoir deux représentants d'une même famille politique, l'un au Conseil et l'autre à la Commission, ce n'est pas très représentatif de ce que la Belgique est. Je plaide pour une expression politique plus large que ce que nous voyons en ce moment", a déclaré Mme Arena sur les ondes de La Première.

Le PS, en tant que premier parti francophone, est associé aux tractations sur la désignation du commissaire belge, indiquait-on mercredi de bonne source. Selon certains médias, les socialistes ne proposeront pas de candidat et soutiendront M. Reynders.

La députée a fait entendre un autre son de cloche. "Les socialistes sont des gens qui ont toujours beaucoup investi la question européenne", a-t-elle fait remarquer en citant le passage de Philippe Busquin, ancien président du PS, au poste de commissaire à la recherche. "Oui les socialistes sont des Européens convaincus et donc ils sont intéressés aussi par le travail de la Commission", a-t-elle ajouté.

Les deux derniers mandats de commissaire ont été remplis par des néerlandophones (le libéral Karel De Gucht et la social-chrétienne Marianne Thyssen). "Il est de coutume qu'après deux mandats néerlandophones, il y ait ensuite deux mandats francophones, ce sera au prochain gouvernement fédéral de décider", a encore dit la députée qui plaide pour un débat à la Chambre sur cette question avant toute décision.