Ces bilans traduisent une augmentation de 231 décès et de 311 nouveaux patients en réanimation comparé à la veille, sur un total de 11.539 malades hospitalisés selon M. Salomon. Mercredi soir, 2.827 patients étaient en réanimation.

Face à "la vague" de malades qui déferle sur les hôpitaux en France et un bilan déjà supérieur à 1.300 morts, le gouvernement français annoncera "dans quelques jours" l'éventuelle prolongation du confinement visant à stopper la progression du coronavirus.

"Le confinement devra durer le temps qui sera nécessaire. Nous annoncerons dans les prochains jours la manière dont nous entendons mettre en oeuvre les recommandations du conseil scientifique" - qui suggère de l'étirer jusqu'au 28 avril -, a indiqué mercredi la porte-parole du gouvernement français, Sibeth Ndiaye, à l'issue du Conseil des ministres.

Lors de sa réunion mercredi, suivie d'un conseil de défense, le Conseil des ministres a adopté 25 ordonnances (prises par le gouvernement dans des matières relevant normalement du domaine de la loi) - un record historique - pour permettre à la France d'affronter cette situation hors norme et de limiter les dommages sociaux et économiques.

La France doit se préparer à "un effort long", a prévenu le Premier ministre Edouard Philippe: "C'est l'urgence sanitaire qui anime tous les esprits aujourd'hui, mais c'est aussi, et ce sera de plus en plus, un choc économique, un choc social" a prévenu le Premier ministre français.

Il a ensuite précisé devant le Sénat que "70 millions de masques ont été déstockés depuis le début de l'épidémie fin février" et "20 millions supplémentaires" le seront cette semaine à destination des établissements de santé et établissements pour personnes âgées (Ehpad) - durement éprouvés.

De son côté, le ministre français de la Santé Olivier Véran a affirmé que la capacité de tests monte en puissance: "Nous aurons sous quinzaine la capacité de passer de 5.000 tests/jour à 20 à 25.000 tests/jour" a assuré Olivier Véran au Sénat, notant que l'Allemagne en pratique actuellement 12.000/jour.

Le ministre veut développer les tests rapides dans la perspective du "déconfinement", a-t-il expliqué, afin de "savoir par une prise de sang qui aura été immunisé par le virus et qui ne l'aura pas été".

Alors que peu d'experts se risquent à pronostiquer la date du "pic", un essai clinique européen a démarré dimanche dans au moins sept pays pour tester quatre traitements expérimentaux.

Ces bilans traduisent une augmentation de 231 décès et de 311 nouveaux patients en réanimation comparé à la veille, sur un total de 11.539 malades hospitalisés selon M. Salomon. Mercredi soir, 2.827 patients étaient en réanimation.Face à "la vague" de malades qui déferle sur les hôpitaux en France et un bilan déjà supérieur à 1.300 morts, le gouvernement français annoncera "dans quelques jours" l'éventuelle prolongation du confinement visant à stopper la progression du coronavirus."Le confinement devra durer le temps qui sera nécessaire. Nous annoncerons dans les prochains jours la manière dont nous entendons mettre en oeuvre les recommandations du conseil scientifique" - qui suggère de l'étirer jusqu'au 28 avril -, a indiqué mercredi la porte-parole du gouvernement français, Sibeth Ndiaye, à l'issue du Conseil des ministres.Lors de sa réunion mercredi, suivie d'un conseil de défense, le Conseil des ministres a adopté 25 ordonnances (prises par le gouvernement dans des matières relevant normalement du domaine de la loi) - un record historique - pour permettre à la France d'affronter cette situation hors norme et de limiter les dommages sociaux et économiques.La France doit se préparer à "un effort long", a prévenu le Premier ministre Edouard Philippe: "C'est l'urgence sanitaire qui anime tous les esprits aujourd'hui, mais c'est aussi, et ce sera de plus en plus, un choc économique, un choc social" a prévenu le Premier ministre français.Il a ensuite précisé devant le Sénat que "70 millions de masques ont été déstockés depuis le début de l'épidémie fin février" et "20 millions supplémentaires" le seront cette semaine à destination des établissements de santé et établissements pour personnes âgées (Ehpad) - durement éprouvés. De son côté, le ministre français de la Santé Olivier Véran a affirmé que la capacité de tests monte en puissance: "Nous aurons sous quinzaine la capacité de passer de 5.000 tests/jour à 20 à 25.000 tests/jour" a assuré Olivier Véran au Sénat, notant que l'Allemagne en pratique actuellement 12.000/jour.Le ministre veut développer les tests rapides dans la perspective du "déconfinement", a-t-il expliqué, afin de "savoir par une prise de sang qui aura été immunisé par le virus et qui ne l'aura pas été".Alors que peu d'experts se risquent à pronostiquer la date du "pic", un essai clinique européen a démarré dimanche dans au moins sept pays pour tester quatre traitements expérimentaux.