Ces deux poids lourds de la Commission européenne, qui ont le titre de vice-présidents exécutifs, sont d'anciens prétendants à la présidence de cette institution.

Ursula von der Leyen a promis un "pacte vert" dans lequel sera inclus la "première législation européenne sur le climat", afin de concrétiser l'objectif de neutralité climatique à l'horizon 2050, auquel pour l'instant seuls 24 Etats membres sur 28 se sont engagés. Elle soutient également un objectif plus ambitieux de réduction des émissions CO2 de 50% en 2030, voire 55%.

L'Irlandais Phil Hogan (PPE, droite), commissaire européen sortant à l'Agriculture, est nommé au Commerce, un poste sensible où il aura la responsabilité de gérer les tensions commerciales avec les Etats-Unis et de négocier un accord de libre-échange avec le Royaume-Uni après le Brexit.

"Il sera un négociateur juste mais déterminé", a estimé Mme Von der Leyen. "Le Brexit, s'il doit arriver, n'est pas la fin de quelque chose mais le début de notre nouvelle relation", a-t-elle dit.

La Française Sylvie Goulard (Renew Europe) devient commissaire européenne au Marché intérieur, un large portefeuille qui englobe la politique industrielle, le marché unique numérique, ainsi que l'industrie de la défense et de l'espace.

La nomination de celle qui fut une éphémère ministre française de la Défense en 2017 devra être validée par le Parlement européen. Elle est soupçonnée d'être impliquée dans l'affaire des emplois fictifs des assistants des eurodéputés MoDem, un parti centriste qu'elle a depuis quitté.

Le Grec Margaritis Schinas (PPE), originaire de l'un des pays en première ligne dans les arrivées de migrants, va superviser les questions migratoires.