"Merkel paralyse le pays", tel était le titre du New Zürcher Zeitung début novembre. L'hebdomadaire allemand, Die Zeit, est arrivé à la même conclusion il y a quelques semaines. La coalition des chrétiens et des sociaux-démocrates, un mariage de raison forcé depuis le début, se traîne à contrecoeur. Le succès du groupe des Verts et l'émergence d'Alternative für Deutschland ont fragmenté le paysage politique. Le temps des grands partis semble définitivement révolu. Selon les sondages les plus récents, les partis au pouvoir obtiennent actuellement les pires résultats de leur histoire d'après-guerre.
...

"Merkel paralyse le pays", tel était le titre du New Zürcher Zeitung début novembre. L'hebdomadaire allemand, Die Zeit, est arrivé à la même conclusion il y a quelques semaines. La coalition des chrétiens et des sociaux-démocrates, un mariage de raison forcé depuis le début, se traîne à contrecoeur. Le succès du groupe des Verts et l'émergence d'Alternative für Deutschland ont fragmenté le paysage politique. Le temps des grands partis semble définitivement révolu. Selon les sondages les plus récents, les partis au pouvoir obtiennent actuellement les pires résultats de leur histoire d'après-guerre.Par peur de l'avenir, les sociaux-démocrates et les démocrates-chrétiens s'accrochent les uns aux autres. Habituellement, le même schéma se répète : le gouvernement ne veut offenser personne et, après mûre réflexion, prend une décision insipide qui ne séduit que peu de gens. C'est comme si le gouvernement allemand entrait dans une camisole de force et se demandait ensuite pourquoi il n'est plus compétent.Du pain sur la planche Ce manque d'inspiration se reflète aussi dans les dossiers concrets. Depuis dix ans, l'Allemagne maintient l'équilibre budgétaire et le frein à l'endettement inscrits dans la Constitution. Avec des résultats. En quatorze ans, la dette publique a baissé de 67% à 58% par rapport au produit intérieur brut. Les politiciens belges sont sûrement très étonnés de voir Berlin exhiber un excédent budgétaire de quelques dizaines de milliards. Il y a aussi un revers à la médaille. L'immobilisme politique conduit à un manque structurel d'investissements publics. Les conséquences se font sentir. Les services publics sont confrontés à une grave pénurie de personnel, les listes d'attente pour la garde d'enfants s'allongent, l'infrastructure éducative est en mauvais état et une partie importante du réseau routier allemand a un besoin urgent de rénovation. Le système de défense allemand est dépassé, le développement du réseau 5G est à la traîne, tout comme la construction de bornes de recharge pour les véhicules électriques.L'Allemagne s'efforce depuis de nombreuses années de réduire les formalités administratives, mais les programmes d'investissement prévus ne sont presque pas mis en oeuvre. Selon une étude de la banque d'État allemande, le déficit d'investissement au niveau communal s'élève actuellement à 138,4 milliards d'euros. Selon Michael Hüther, directeur de l'Institut allemand d'économie, l'Allemagne devra dépenser jusqu'à 450 milliards d'euros supplémentaires au cours des dix prochaines années pour rattraper le temps perdu.Les économistes font souvent référence aux guerres commerciales mondiales comme étant les principales causes de l'impasse économique actuelle de l'Allemagne. Mais selon les recherches de Peter Felbermayr, directeur de l'Institut d'économie mondiale de Leipzig, ces facteurs mondiaux ne représentent qu'un quart des difficultés économiques de nos voisins de l'Est. Les problèmes se situent principalement en Allemagne, a conclu Die Zeit au début du mois d'août. La situation n'est pas rose au vu du vieillissement imminent de la population - le plus rapide de l'Union européenne."Un petit paquet de mesures"Il y a également des déceptions dans le domaine de la politique climatique et environnementale. En 1995, alors qu'elle n'était ministre de l'Environnement que depuis un an, Merkel a présidé la toute première conférence des Nations Unies sur le climat à Berlin. L'Allemagne devait et allait devenir le leader mondial en matière de climat. Cependant, la décision d'une sortie nucléaire ambitieuse en 2011 se traduit surtout par une relance de l'industrie houillère allemande. Les mesures récentes destinées à rendre l'Allemagne climatiquement neutre ont même été critiquées par l'administration de l'Agence allemande pour l'environnement. Elles ne représentaient "qu'un petit paquet de mesures". Les investissements dans le réseau ferroviaire allemand - d'une valeur de 86 milliards d'euros - semblent impressionnants, mais ne suffiront pas à faire de l'Allemagne le leader européen de la lutte contre le changement climatique.Le manque de leadership se fait également sentir sur la scène européenne. Il y a moins de cinq ans, l'Allemagne était décrite - parfois contre son gré - comme leader de l'Occident libre. Berlin était à la fois le moteur économique et moral du continent. Aujourd'hui, Emmanuel Macron a repris ce rôle sans grand vent contraire allemand. Le président français a une vision à long terme, mais il utilise une tactique imparfaite pour y parvenir. Le fait que le moteur franco-allemand soit en train de grésiller ne devrait pas nous surprendre. En 2020, Merkel pourrait briller pour la dernière fois lorsque l'Allemagne deviendra présidente du Conseil européen et que le sommet UE-Chine aura lieu à Leipzig. Cependant, ceux qui sont affaiblis dans leur propre pays ont moins de chances de réussir sur la scène internationale.Succession? Au sein du parti, la demande de pouvoir devient de plus en plus pertinente alors que Merkel transmettra le flambeau dans les deux ans. Elle a essayé d'apprendre du passé. Après seize ans de chancellerie, Helmut Kohl ne comprenait pas, en 1998, que son heure était venue. En raison de cette incapacité, Kohl a involontairement entraîné son successeur Wolfgang Schäuble dans l'abîme après un scandale impliquant le financement des partis avec une comptabilité parallèle. Merkel n'a pas voulu commettre la même erreur et a décidé l'année dernière, bien qu'après une lourde défaite aux élections de l'État, de prendre ses distances avec la présidence du parti. Cela devait donner à son successeur la marge de manoeuvre nécessaire pour définir les lignes de fond et s'habituer au leadership.Cependant, certains démocrates-chrétiens allemands ne considèrent pas l'actuelle présidente du parti et ministre de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, souvent abrégée en AKK, comme un successeur compétent. Un sondage récent révèle que seulement 8% des chrétiens-démocrates allemands lui font confiance en tant que chancelière. Armin Laschet, l'influent ministre-président de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, affirme qu'il la soutient, mais n'exclut pas de se présenter. Friedrich Merz, qui fait partie de l'aile droite conservatrice du parti, n'a pas manqué l'occasion pour critiquer l'AKK et Merkel.Markus Söder, président des chrétiens-démocrates bavarois, est également de plus en plus présent sur scène. Il pourrait offrir une solution pratique aux luttes internes du parti. Samedi soir, Kramp-Karrenbauer a contre-attaqué lors de la conférence annuelle du parti à Leipzig. Après un discours de 87 minutes, elle a finalement posé la question brûlante du pouvoir : "Si vous n'êtes pas convaincus que la voie que j'ai en tête est la bonne, nous y mettrons fin ce soir". Consternation. "Mais si vous pensez que nous devons suivre cette voie, si vous voulez partager la même passion et la même responsabilité, retroussons nos manches et commençons", a poursuivi AKK. Elle a été applaudie pendant plusieurs minutes. Son dilemme a eu l'effet escompté. Ainsi, l'ancien ministre-président de la Sarre est de nouveau plus fermement en selle.Tâche ingrate Néanmoins, la route vers les prochaines élections au Bundestag est encore longue. Certaines défaites aux élections des Länder de 2021 pourraient changer complètement le cours des événements. De plus, il faut aplanir beaucoup de difficultés internes. Dans certains Länder d'Allemagne de l'Est, les sections locales veulent unir leurs forces au parti radical de droite Alternative für Deutschland, tandis que la majorité des chrétiens-démocrates citadins sont favorables à une coalition nationale avec les verts. En outre, il reste à voir quel duo de présidents des sociaux-démocrates allemands émergera vendredi prochain. Friedrich Merz le sait aussi. Après le discours d'AKK, il a noté que la réponse à la question de la chancelière ne serait donnée qu'à la conférence du parti de 2020.Une Allemagne prospère, le salaire minimum, l'égalité des sexes, le mariage gay... Il ne faut pas sous-estimer les résultats obtenus par le gouvernement allemand au cours des 15 dernières années sous les auspices de Merkel. Toute personne âgée de 18 à 30 ans n'a connu personne d'autre que Merkel depuis qu'elle est dotée d'une conscience politique. Après quatorze ans de chancellerie, elle est toujours l'une des personnalités politiques les plus populaires du pays. Son héritage est immense. Quiconque prendra sa place aura une tâche ingrate.